Fairy Tail : La Guerre des Mondes !


Combattez pour votre survie, pour les guildes et pour les Mondes !
 
AccueilPortailRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Light guide my way

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teach R. Findlear

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 12/11/2012
Age : 22

Feuille de personnage
Magie: Arc Perdu de la Lumière
Âge: 22 ans
Techniques:

MessageSujet: Light guide my way    Lun 12 Nov - 19:08

Findlear Regulus Teach
« Le fou se croit sage et le sage se reconnaît fou. »

22 ans - Loti Fiori (In Rp) - Rang S - Bisexuel - (Arc Perdu de la) Lumière
Caractère

Ah,vous voulez savoir qui je suis ? Et si je n'ai pas l'envie de vous le dire comment se passe la suite ? Évidemment je plaisante, puisque vous insistez tant je vais vous parler de moi, en échange j'espère que vous me parlerez de vous. Mais pourquoi je pourrais bien commencer ? Ah vous voulez d'abord savoir comment je parais aux yeux des autres, très bien.

Avant tout sachez que je suis quelqu'un d'assez unique. Je n'aime pas être seul, mais je n'aime pas non plus être entouré d'une multitude de personnage divers et varié. Une personne à mes côtés me suffit amplement, tant que celle-ci est là pour écouter mes doutes et mes craintes, pour me conseiller, enfin ce que ferait un véritable ami. Comme ça vous le savez, pas besoin de m'entourer comme des loups défendant leur territoire, mais ne le prenez pas mal, même si je n'aime pas trop être entouré, cela me fait plaisir de voir que des personnes tiennent à moi. Oui je sais, je me contredis, mais je suis comme cela et je ne peux rien y faire. Mais attention, le fait que je n'aime pas être entouré d'une multitude de personne ne veux pas dire que je ne fréquente pas les villes, au contraire, j'aime me balader dans les rues des villes. Ce que je n'aime pas c'est d'être harceler de question par plusieurs personnes.

Cette petite introduction terminée, je vais vous parler de moi plus en détails à présent, c'est ce qui vous intéresse je pense.

Suis-je quelqu'un de violant ? Bonne question, mais pour vous dire franchement non. Je suis un partisan de la non-violence, donc je ne sauterais pas sur quelqu'un pour l'attaquer, sauf si tel est ma mission ou si cette personne en question a commis un crime. Mais je ne serais jamais celui qui cherche à se battre, sauf évidemment pour un entraînement, mais cela est bien différent. Si vous me voyez porter le premier sur quelqu'un dans la rue, surtout attachez-moi. Je ne suis pas un adepte de la violence certes, mais cela ne veut pas dire que je suis nul au combat. Ne jamais vous fiez aux apparences, je ne le montre pas ou j'en ai peut-être pas l'air, mais je sais très bien me défendre, après tout je suis aussi un mage. Je suis peut-être de nature calme, mais faites attention, je peux me montrer très sévère quand je le veux et je peux facilement avoir recours aux poings si cela est nécessaire aux bons fonctionnements des choses. Si je ne recours pas à la violence c'est pour rester un minimum discret, comme je l'ai dit je n'aime pas être entouré de personnes, donc j'évite d'attirer l'attention sur moi.

La connaissance ? Ah vous touchez un point sensible là. Je suis un homme très curieux et je n'hésiterais pas à poser les questions qui me démangent, même si cela peut m'être mon partenaire dans une situation de gêne. Quant une question me turlupine je me sens obligé d'y trouver une réponse qu'importe la manière dont je l'obtiens, sans pour autant en venir à la violence à tout bout de champ. Vous pouvez me surnommer Professeur, si cela vous chante. En plus d'être curieux et de vouloir avoir des réponses à toutes mes questions, je suis aussi quelqu'un qui partage son savoir avec autrui. Enfin du moins avec ceux qui veulent savoir aussi, je n'irais pas partager mon savoir avec quelqu'un qui s'en moque totalement à quoi cela me servirait ? Croyez-moi si je le pouvais, je posséderais une énorme bibliothèque avec tous les livres imaginables et inimaginables. Bien que j'aime la connaissance, le savoir et la sagesse, je préfère légèrement les livres avec un peu d'action plutôt que des livres de romances, je trouve ces-derniers à mourir d'ennuis. En plus de ne rien vous apportez, ils vous prennent légèrement pour des cruches. L'amour n'est pas une chose que l'on apprend dans les livres et c'est un expert en savoir qui vous le dit.

Rigoler ? À qui croyez-vous parler dites-moi ? Bien sûr que j'aime rire et m'amuser, que serait la vie sans cela ? Enfin bon. Je suis quelqu'un de très blagueurs, donc vous vous doutez bien que j'aime faire des blagues sur tout et tout le monde. Mais cela n'est pas fait avec un mauvais fond, je n'essaye en aucun cas de vous provoquer ou quoique ce soit d'autre, non loin de là. Même si mes blagues peuvent sembler un peu « lourdes » elles ne sont pas lancées avec un mauvais fond, au contraire, elles sont souvent pour détendre l'atmosphère qui peut-être assez tendu par moment. Mais cette partie-là de mon caractère est assez disons « bloqué » pour l'instant. Ayant perdu la mémoire, comment pourrais-je être d'humeur à faire des blagues ? Je suis plus occupé à rechercher des réponses qu'autres choses. Mais cela ne veut pas dire que mon côté blagueur s'est envolé avec ma mémoire, non bien sûr que non, seulement j'essaye de le contrôler. Imaginez-vous un instant une personne venant vers vous avec un regard sérieux comme s'il venait de faire une grande découverte et qu'il vous dit sur un ton ironique « Hey salut tête de crabe, j'ai perdu la mémoire, ça te dirait de m'aider à me souvenir ? ». Hum, non ça le fait pas trop n'est-ce pas ? Apprenez à me connaitre et mon côté rigolo s'ouvrira à vous, comme on ouvre une porte. Vous l'avez compris avec ce côté blagueur, je suis quelqu'un de joyeux, bon peut-être pas au point de danser et chanter la vie, mais je ne reste que rarement à me morfondre sur mon sort, la vie est bien trop courte.

Draguer ? Aoutch ! Vous voulez en savoir des choses dites-moi. Enfin je pense que cette question se pose surtout chez les filles -enfin j'espère-. Nous n'allons pas nous mentir, non ce n'est pas bien le mensonge, donc je vais être franc. Oui je suis un dragueur, pas au point d'accoster toutes les filles que je croise, mais je reste tout de même un homme et donc la drague fait partie intégrante de mon corps. Mais ne vous inquiétez pas les filles, cela ne veut pas dire que je viendrais vous parler dans le but de vous charmer... Non ! Je ne suis pas comme cela, mais ne soyez pas étonnée si je glisse deux trois mots gentils à votre attention. Ne me prenez pas non plus pour un homme rabaissant les femmes. Oh non, ça je ne pourrais pas le tolérer, je respecte tout le monde, quel que soit son sexe, sa race ou son origine. Je traite les femmes d'égal à égal avec l'homme, je traite le chien d'égal à égal avec l'homme aussi. Oui cela peut paraître étrange, voir terrifiant mais j'ai été éduqué ainsi, enfin pour ce que je m'en rappelle. Donc oui je l'admets j'ai un petit côté dragueur, mais vraiment à faible dose, je ne suis pas du genre à poursuivre une fille jusqu'à ce qu'elle accepte.

Comment je m'adresse aux autres ? Alors, comme dit plus haut, je suis très respectueux, je ne tutoierais aucuns êtres vivants lors du premier échange, sauf en cas d'étrange impression de connaître la personne. En plus d'être respectueux, je parle avec un ton calme et reposant, je n'agresserais personne verbalement sauf en cas d'auto-défense verbal -oui cela existe enfin chez moi-. Cependant, ne le prenez pas mal, mais je suis quelqu'un d'assez franc, donc si quelque chose me dérange dans votre manière d'être, dans votre manière de vous exprimer je vous le dirais. J'essayerai tout de même d'être un maximum respectueux, mais les mots ont souvent la fâcheuse tendance à être plus rapide que mon cerveau. Mais là aussi, ce n'est pas dans le but de vous blesser, du moins ce n'est pas le but premier. Après des sous-entendus il peut y en avoir des tas, c'est à vous de voir comment vous allez interpréter mes paroles.

Maladroit ? Ah ah... Vous avez trouvé le mot me décrivant bien. En effet, je suis très maladroit, il m'arrive souvent de trébucher, quel cela soit à cause d'une racine ou à cause d'un simple et minuscule caillou. Surtout ne vous moquez pas, enfin je ne le prendrais pas mal, mais ce n'est pas très amusant -enfin si dès fois ça l'est-. Mais ne mélangez pas tout, je ne suis pas maladroit tout le temps, non cela ne se produit que lorsque je marche calmement, ou même énervé, mais si je me montre sérieux, c'était comme si ce côté-là de moi disparaissait. Le seul inconvénient de ce côté, c'est qu'il se montre même lorsque je n'ai pas envie, donc surtout ne soyez pas surpris de me voir arriver vers vous et de tomber -souvent la tête la première- à vos pieds comme... Il n'y a même pas de mot assez fort pour décrire mes chutes. Ah oui et ne prenez pas peur si quand je me révèle mon sang coule sur mon visage, cela m'arrive de temps en temps quand je tombe, ce n'est rien de très important, mais s'il vous plait ne partez pas en courant, je finirais par croire que je suis un monstre.

Bon je pense que j'ai fait un peu le tour non ? Comment ça non ? Qu'est-ce que vous voulez savoir de plus ? Mes goûts, mes habitudes, tout ? Mais dites-moi c'est un véritable questionnaire sur ma personne là. Mais après tout si je n'ai pas le choix et puis vous insistez tellement.

Comment suis-je au fond de moi ? Eh bien je dirais qu'une fois qu'on apprit à me connaître, je m'ouvre un peu plus, je deviens plus amicale. Mais ce n'est pas pour autant que je vais aller risquer ma vie pour une personne que je viens à peine de connaître, sauf si celle-ci m'intrigue beaucoup. Non je ne suis pas insensible, loin de là, c'est une chose que l'on voit lorsqu'on me connait, même lorsqu'on ne me connait pas. Il est un peu difficile de vous dire comment je suis réellement, puisque je me montre tel que je suis. Je ne suis pas une personne avec plusieurs facettes. Je préfère être le genre de personne qui se montre tel qu'il est et si cela dérange les autres, eh bien tant pis pour eux, que voulez-vous que je fasse ? Je ne vais pas changer pour les autres. Pourquoi se compliquer la vie à faire des dizaines de facette qui vont faire fuir les autres plutôt que de les faire venir ? Avoir des facettes en plus contraignant qu'autre chose je pense, c'est pour cela que je suis toujours égal à moi-même. Donc n’essayez surtout pas de me changer, vous ne feriez que perdre votre temps. Je ne suis pas une personne influençable, j’ai toujours vécu en suivant mes propres idéaux, mes propres envies et personne ne m’enlèvera cela.

Mes goûts ? Je ne vois pas trop en quoi cela pourrait vous donner plus de détails sur moi, mais si vous voulez le savoir, alors je vous les dirais. Je vais commencer par ce que j'aime, -même si vous n'êtes pas d'accord- donc commençons par ce que j'aime, cela sera vite réglé je pense. La première chose que vous devez savoir sur ma personne à ce stade, c'est que je suis un passionné de la mode et de la beauté. Et oui, cela vous surprend ? Il n'y a pas de raison de l'être, évidemment je ne suis pas passionné au point de me maquiller comme certains hommes, mais j'aime ce qui est beau et cela n'a rien de surprend après tout, qui va aimer regarder une crotte sur le sol ? Cela n'a rien de passionnant et de beau en plus ça dégage une odeur immonde. Bref je ne vais pas débattre sur une déjection d'animal, mais au moins comme ça vous l'avez compris je pense. Alors, laissez-moi réfléchir qu'est-ce que j'aime d'autre ? Ah vous me posez un gros challenge, ce n'est pas le genre de question que l'on pose à un amnésique voyons. Ah si je me rappelle, j'adore les chevaux, j'ai toujours rêvé de monter sur le dos d'un cheval et de galoper dans une prairie... Quoi ? Personne n'a le droit d'avoir des envies étranges ? Je suis sûr que vous avez déjà eut envie de monter sur le dos d'un âne et de crier « Allez Cannabis » alors entre vous et moi qui est le plus étrange ? Aheum, si j'aime les chevaux c'est avant tout pour leur liberté et leur beauté. Ils sont libre de courir au bon leur semble et personne ne vient les contredire et puis il faut dire ce qui est vrai, ils sont souvent d'une beauté ahurissante. Après qu'est-ce que j'aime ? Ah oui, un point essentiel après tout évoqué plus haut : les femmes. Eh bien quoi ? Je n'ai pas le droit ? De toute façon, que cela vous plaise ou non, les femmes font partie de ce que j'aime le plus, ce qui me semble un peu normal pour moi. Mais comme dit plus haut, je ne les aime pas au point de courir après toutes les femmes passant devant moi. J'ai du respect tout de même et une fierté aussi. Ah oui il y a ces choses que l'on appelle « bonbon » qui me plaisent beaucoup aussi. Ne soyez pas étonné si vous me voyez toujours avec une sucrerie en bouche, cela est parfaitement normal, mais ne pensez pas pouvoir m'acheter avec des bonbons vous seriez fort déçu. Si j'aime ces petites friandises c'est parce qu'il en existe de toute sorte et qu'elles sont vraiment délicieuses. Oui je suis encore un peu en enfant à l'intérieur de moi, mais quoi vous disiez, nous avons tous gardé une part d'enfant en nous. Pour certains elle se révèle à la plage et pour d'autre pour les sucreries comme moi. Enfin je pense avoir fait le tour de ce que j'aime, enfin du moins les plus importants, après savoir quelle fleur je préfère, quelle couleur est ma préférée, ça je pense que vous vous en moquez un peu non ? Bon d'accord, ma fleur préférée est la tulipe, ne me demandez pas pourquoi je n'en ai aucune idée. Quant à ma couleur je dirais le jaune, car elle est la couleur caractéristique de ma magie, mais aussi de la bonne humeur.
Bien passons à ce que je n'aime pas maintenant. Après tout il voudrait mieux pour vous que vous le sachiez je pense, car ces choses ont tendance à m'énerver légèrement ou énormément. Commençons pas le moins grave, je déteste, je dirais même je hais ces petites bêtes sur patte avec une queue rose... Oui vous souvenez de ce machin qui gouine bizarrement là... Les souris, oui voilà les souris, je les trouve repoussante. Déjà elles sont sales et puis elles viennent voler votre nourriture, non mais sérieusement, elles ne peuvent pas travailler comme tout le monde ? Si je me retrouve face à cette bestiole, il a de fortes chances pour que je devienne fou, je n'irais pas pousser des cris aigus rassurez-vous mais j'agirais de manière assez étrange et finalement je prendrais la décision de faire disparaitre cette horrible animal de ma vue. Qu'importe la manière à utiliser, que ça soit avec un balai ou avec une assiette. Passons au stade supérieur, je déteste tous les plats à base de poisson, j'y suis allergique et donc quand j'en mange... Non il ne vaut mieux pas savoir le résultat en fait. Bon d'accord, si j'en mange, j'ai le visage qui gonfle comme les joues d'un hamster, bah quoi ? Les Dragons Slayer n'aiment pas les transports, moi je n'aime pas le poisson, c'est ainsi qu'est la vie. De plus le poisson et bien ça sent très mauvais. Bien et maintenant le stade ultime -attention les yeux- je suis répugné de voir des hommes s'en prendre à plus faible que soit ou s'en prendre à des femmes. C'est une chose que je trouve ignoble, encore plus repoussant qu'une limace, devant ce genre de comportement j'ai souvent du mal à garder mon calme et j'en arrive souvent à la violence, mais cela est normal, beaucoup de personnes agirait de la même manière je pense. Je me suis toujours mis au service des autres et cela ne changera jamais. Je serais toujours près à aider mon prochain si le besoin se fait sentir, je suis une personne de confiance. Bien voilà, je pense avoir fait le tour en grande partie de ce que j'aime et de ce que je n'aime pas, puis si vous avez toujours des questions, demandez les moi directement. Oui mesdemoiselles je suis célibataire

Comment je vois ma magie et le monde ? Eh bien tout d'abord sachez ma vision du monde et de la magie pourrait bien être totalement différente de la vôtre, mais je n'essayerai jamais de changer votre conception du monde. Pour commencer sachez que je ne vois pas ma magie comme une arme de destruction massive comme pourrait le croire certain d'entre vous, je la vois plutôt comme une bénédiction, un don qui m'a été donné par un être tout puissant afin de m'aider dans ma quête. Qu'il s'agisse de ma magie ou de celle de mon adversaire, je ne verrais pas cela comme une arme, même si le pouvoir de mon adversaire est terrifiant, même s'il utilise les ténèbres. C'est pour ça que je prends un certain plaisir durant mes combats, car ils me permettent d'en apprendre davantage sur la personne, mais aussi d'exprimer mon envie de changer le monde, d'en faire un monde de calme sans guerre. Oui je sais que c'est un rêve irréalisable, mais je continue à m'y accrocher et je suis sûr qu'un jour j'y arriverais. Ma magie illustre bien ma personnalité : chaude, réconfortante, puissante et brillante (dans le sens illuminer). Il est donc facile de me comprendre à travers un combat, mais aussi à travers une discussion. On pourrait croire que j’ai été créé par cette magie, tellement nous sommes connectés et nous nous ressemblons. Oui je traite la magie comme quelque chose de vivant, mais où est le mal ? Je considère ma magie comme un puissant allié qui m’aide dans les moments difficiles. Il m'arrive parfois de discuter mentalement avec ma magie, le plus étrange c'est que j'ai l'impression qu'elle me répond -vous devez me prendre pour un fou-. Voilà en ce qui concerne ma vision de la magie qui est, je vous l'accorde unique en son genre. Ensuite ma vision du monde ? Eh bien tout dépend de quels mondes vous parlez. Si vous parlez d'Edoras ma vision est plutôt positive dans certains cas, mais négative dans d'autre. Si vous me parlez d'Earthland, alors là je ne peux hélas pas vous répondre, ma vision pour ce monde est bien trop floue. Après tout, je ne me souviens plus de comment fonctionne ce monde, je ne peux donc pas établir un jugement sur ce dernier. Je vais donc rester vague à ce sujet, puisqu'après tout je rêve d'un monde de calme et de paix, le monde actuel, ne peut pas y correspondre de toute manière, donc je dirais que ma vision du monde est assez voir très flou. N'ayez crainte, ma vision du monde s'ouvrira le long de mon aventure.

Bon et bien voilà, vous savez tout -ou à peu près tout- sur moi, j'espère que vous ne me trouvez pas trop étrange et que je ne vous ai pas fait fuir.

Physique

Ce n'est pas fini ? Comment ça ? Je vous ai pourtant dit tout ce qu'il fallait sur moi non ? Me décrire physiquement ? Pourquoi devrais-je le faire ? Après l'analyse mental on passe à l'autoportrait ? Bon aller pourquoi pas, vous avez l'air de tellement y tenir.

Commençons par le commencement alors, autrement dit : ma taille, mon poids et ma démarche. Ma manière de marcher n'est pas spéciale, elle est tout ce qu'il y a de banal. Je marche comme n'importe quel garçon. Il y a peut-être quelque chose qui peut la rendre particulière, je me tiens toujours droit avec la plupart du temps les mains dans les poches. Mais après cela ma démarche est tout à fait basique, un pied devant l'autre, le regard droit devant moi. Ma silhouette est assez prononcée, comme celle d'un homme, je n'ai pas une fine taille, ni de jambe fine, donc on remarque facilement que je suis un homme même de loin. Quant à ma taille, je dirais que je me situe dans la moyenne des garçons de mon âge -même si j'ai arrêté de grandir-, je mesure à peu près cent quatre-vingt-trois centimètres, bien sûr pour certains je parais petit, pour d'autre je parais grand, tout dépend de la taille de l'autre personne évidemment. La vision des choses changent en fonction de la personne. Donc je disais, cent quatre-vingt-trois centimètres pour environ soixante-douze kilogrammes. Je ne suis donc ni trop enrobé, ni trop maigre, ou du moins je l'espère, car personne n'est parfait hélas -même moi-, j'espère être à votre goût mesdames. Je pense que ce détail ne vous intéresse pas tellement, mais mon sang fait partie du groupe sanguin O. On peut facilement le remarquer, mais je me sens parfaitement bien dans mon corps, rien ne me dérange, j'ai appris à accepter mon corps tel qu'il était et donc je me sens bien dedans. Bien je pense que c'est terminé pour ce domaine-là passons à la prochaine étape.

Ah vous pensiez que j'avais finis de me décrire physiquement ? Non, bien sûr que non, comme vous avez voulu que je le fasse, je le ferais jusqu'au bout. Passons à mon visage. Mon visage est légèrement arrondit sur les bords, mais le menton finit en une petite pointe légèrement arrondi. Me donnant une forme de visage assez disons belle. Les traits de mon visage sont fins, ce qui ne me donne pas un visage trop chargé. Quant à mon nez il est assez petit et finit légèrement en pointe, faites attention à ce que vous direz sur moi, j'en suis fier de ce nez et je ne vous laisserais pas l'insulter sans réagir. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, je ne possède pas une bouche très prononcée comme la plupart de mes confrères masculins, non au contraire j'ai de petites lèvres. Mes yeux ? Bon, bon très bien. J'ai des yeux assez petits, d'une couleur bleu comme l'océan, autant vous dire qu'un simple regard peut facilement vous réconforter comme si votre mère vous berçait dans ses bras. Ces petites étoiles -les yeux- sont habillées par de fins sourcils blonds, qui sont souvent cachés par mes cheveux retombant sur mon front. Mes cheveux, sont comme... Comme.... Enfin ils sont très importants pour moi, de longueur plutôt longue, je dirais mi-long pour ma part, tout dépend ensuite de votre conception de la longueur. Ma chevelure est d'une couleur bleu lair, un peu comme mes yeux d'ailleurs. Souvent coiffé dans le style « je sors du lit », il m'arrive par moment de changer un peu et de les plaquer vers l'arrière, mais je préfère nettement les laisser tel qu'ils sont autrement coiffé et décoiffé à la fois.


Eh bien non, je n'ai toujours pas terminé, il faut savoir ce que vous voulez hein. Je vais à présent vous parlez de mon style vestimentaire, qui est assez varié, enfin qui était assez varié. Bah oui était, après tout, je ne peux pas avoir une armoire sans maison -ce qui est mon cas actuellement, sans maison-. Toutefois, mon style reviendra lorsque j'aurais trouvé une petite maison pour moi, donc autant vous le décrire quand même. Tout d'abords commençons pas le haut, j'opte souvent pour un t-shirt de couleur diverse recouvert par un manteau vert avec capuche en fourrure, mais je change assez souvent pour opter ensuite pour une combinaison avec chemise cravate et un petit pull sans manche à col V. Je vous l'avais dit mon style est très varié et elles ne sont que deux tenues parmi d'autre. Maintenant le pantalon, dans ce domaine je reste généralement dans le même type, un jean. Évidemment la couleur et la forme du jean change celons celui que je choisis, donc il peut-être un jean tout bonnement simple de couleur bleue, mais aussi un jean troué de couleur bleue délabré. Au niveau des chaussures cela dépend du reste de la tenue, si je suis habillé plutôt classe je vais opter pour une paire de chaussure de ville, sinon je suis habillé plutôt détendu ça sera une paire de basket. Vous l'avez compris je pense, il est impossible de décrire mon style, car il change assez souvent d'ailleurs. Ah oui un dernier petit détail, il m'arrive de porter des lunettes, mais ne vous laissez pas avoir ce ne sont pas des lunettes de vu, ce sont de simples accessoires.

Il reste un dernier détail que je n'ai pas abordé. Je vous ai parlé de mon visage, de ma silhouette, de mon style. Mais qu'en est-il de ma carrure ? De mon corps ? Je ne vais pas répéter ma taille, vous la connaissez déjà. Pour commencer ma peau est d'une couleur un peu mate, je ne suis pas un homme tout blanc, ma peau est légèrement bronzée ce qui fait ressortir mes yeux et mes cheveux par la même occasion. Ensuite physiquement je suis un homme assez musclé, après tout je m'entraîne régulièrement donc mon corps ne peut pas être celui de quelqu'un qui ne fait jamais d'entraînement, mais il n'est pas non plus trop imposant.

Histoire

Postes suivants


Derrière l'écran



|| Prénom/ Pseudo/age||
Lamasticot / Stitch / 18 ans
|| Code du réglement ||
Codes validés par Sting
|| Comment as-tu trouvé le forum?/ Comment le trouve-tu ?||
Je l'ai trouvé par une vache qui m'envoyait des ondes sonores pendant mon sommeil J'en ai entendu parler donc j'ai fait un petit tour.


Cette fiche a été codée par Madouce pour Epicode .


Dernière édition par Teach R. Findlear le Lun 12 Nov - 20:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teach R. Findlear

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 12/11/2012
Age : 22

Feuille de personnage
Magie: Arc Perdu de la Lumière
Âge: 22 ans
Techniques:

MessageSujet: Re: Light guide my way    Lun 12 Nov - 19:10




Chapitre I - Earthland


I - Kazoku no Hoshi

Je suis né dans un petit village à l'écart Magnolia, dans une famille d'humble paysan. Mon village était un minuscule grain de sable comparé à l'immensité de la ville de Magnolia, mais je ne manquais de rien, je m'y plaisais dans ce petit patelin. Les habitants y étaient chaleureux et rare étaient les conflits. Comme tout enfant de mon âge, je rêvais évidemment d'une vie meilleure, une vie de citadins et non de paysan, je me demandais comment aurait été ma vie si j'étais né à Magnolia, si moi aussi j'étais comme l'une de ces personnes connues à travers le monde pour leur magie. Bien sûr que j'étais rêveur, j'avais bien le droit d'y croire après tout non ? Mon humble village portait un nom qui lui allait à merveille Cherī no Mura, signifiant Village des Cerisier. Il a été nommé ainsi à cause du nombre impressionnant de cerisier poussant dans cette région. Mes parents ? En étaient les détenteurs, ils étaient un peu comme les maires de ce village. Je me rendais souvent dans l'immense ville abritant la guilde de Fairy tail, avec mon paternel afin d'y livrer les commandes. J'avais pu admirer les magnifiques demeures, rencontrer un nombre de personne plus étonnant les uns que les autres. Notamment des mages et cette question sans réponse me perturbait jour et nui m'empêchant de dormir, comment étaient-ils devenus des mages ? Comment leur pouvoir s'était-il manifesté ? Suffisait-il d'y croire pour devenir un mage ? Je n'avais aucune réponse à ces questions qui me troublaient tellement. Moi aussi je voulais être un mage, pouvoir aider mes parents mieux qu'actuellement. Si j'étais un mage je pourrais rejoindre une guilde et travailler pour gagner de l'argent et aider le village. J'avais le regard perdu sur le ciel étoile, n'arrivant pas à dormir j'étais allé m'allonger dans le champ derrière mon humble demeure afin de réfléchir. Au final mon esprit s'était apaisée et mes yeux s'étaient fermés me plongeant dans un autre monde, un monde que l'on nomme « le pays des rêves ». Ce pays dont vous êtes le maitre et où tout vous est possible. Dans ce pays qui était le mien, je pouvais être qui je voulais, tout m'était possible et personne ne pouvait m'en empêcher, sauf si je voulais que quelqu'un m'en empêche dans mon rêve. Je pouvais être un mage si j'en avais envie, ou encore un grand homme d'affaire... Mais ce monde n'est là que durant une courte période, car tôt ou tard vous êtes rappelé sur le monde réel, comme se fut mon cas, réveillé par le cri aigu du coq. Mes paupières s'étaient ouvertes, pour se refermer aussitôt afin de protéger mes yeux jaunes de la lumière éblouissante du soleil. Encore une journée fatigante qui s'annonçait, enfin pas tellement, je n'avais pas dormi depuis quelques jours donc lorsque j'avais finalement réussit à me coucher j'avais dû récupérer mes heures perdues. Et puis étrangement je m'étais réveillé dans la pièce qui me servait de chambre. Combien d'heure voir combien de jours avais-je dormis ? Enfin cela n'avait pas tellement d'importance, un mot était posé sur la table de chevet à côté de mon lit, le lisant à voix haute, un sourire s'était affiché sur mon visage. Mes parents me conseillaient d'aller m'amuser un peu au lieu de passer toutes mes journées dans le champ à les aider.

Je venais de sauter de mon lit pour me diriger à toute allure dehors, avant de prendre la direction du petit parc du village. Ce n'était pas un parc grandiose avec une multitude de jeu, mais il suffisait amplement aux enfants du village. Mes yeux jaunâtres s'étaient posés sur les jeux s'offrant à moi, les enfants qui jouaient, je n'avais encore parlé avec aucun d'eux, par qui pouvais-je commencer ? Mon regard s'était arrêté sur une petite fille aux cheveux oranges assise sur un banc à l'écart de tous les autres. Son visage semblait triste, pourtant le rôle d'un parc c'était de s'amuser non ? J'avais décidé de m'approcher d'elle, sous les regards meurtriers des autres enfants qui se demandaient bien pourquoi je me dirigeais vers elle. Les avait-elle tapés ? Je n'en savais rien, mais je m'en moquais, elle avait attiré ma curiosité. Je m'asseyais à côté d'elle, un sourire aux lèvres. Elle semblait plus jeune que moi de quelques années seulement.

« - Pourquoi tu es toute seule ?
- Ils ... Ils me rejettent. Tu ne devrais pas me parler, ils vont te punir.
- Pourquoi est-ce que tu dis ça ? Pourquoi te rejettent-ils ?
- Parce que je ne possède aucun pouvoir. Et... Et cela est une honte dans le village.
- Mais ne dit pas de bêtise, je ne possède pas de pouvoir non plus et personne ne me rejette. Je m'appelle Enma, Findlear Enma.
- Toi non plus tu ... Elle s'arrêtait quelques instants avant de déposer son regard sur moi et d'ouvrir grand les yeux. Tu es le garçon dont ils parlent sans arrêt. Celui dont le pouvoir a été scellé... Je suis Diana. »

Je n'avais pas eu le temps de reprendre la parole ni même de comprendre ce qu'elle voulait dire par « pouvoir scellé », qu'une des femmes présentes au parc c'était avancé vers nous, levant la main comme si elle s'apprêtait à frapper l'un de nous. Son regard était étrangement tourné vers cette fille, du nom de Diana, que je venais de rencontrer et à côté de qui j'étais assit. Sans même comprendre pourquoi, mon corps s'était levé et positionner devant la jeune fille, me prenant ainsi la gifle à sa place. La femme semblait maudire son geste, la main devant sa bouche grande ouverte, comme si elle venait de commettre une énorme erreur. Diana semblait crier, pourquoi voulait-elle que je me pousse ? Comment voulait-elle que je reste assit à côté à la regarder se faire frapper ? Je commençais à douter de la crédibilité des mots de mes parents. Qui étais-je réellement ? Et si cette fille avait raison. La phrase qui venait de sortir de la bouche de la bonne femme me surpris et me fit ouvrir les grands yeux : « le démon a perverti l'étoile ». Le démon ? Voulait-elle parler de Diana ? Mais dans ce cas qui serais cette « étoile » ? Moi ? Qu'est-ce que tout cela voulait dire ? Qu'est-ce qui se passait dans ce village à la fin ? Qui devais-je croire ? Elle ou les adultes ? Qui avait raison, qui avait tort ? Qui voulait mon bien et qui voulait m'utiliser ? Toutes ces questions me brûlaient la tête, un mal de tête d'une ampleur que je n'avais jamais ressentie jusqu'à maintenant me frappait. Tenant ma tête entre mes deux mains, serrant les deux pour éviter de crier, mes jambes semblaient fléchir à cause de la douleur. Dans un effort considérable, j'avais réussi à me maintenir debout et à courir en direction de ma maison. Qu'est-ce qui n'allait pas chez moi ? Pourquoi mon corps réagissait de cette manière ? Comme s'il essayait de lutter contre un quelconque dysfonctionnement. Arrivé devant la porte, je poussais cette-dernière en poussant un léger cri de douleur, mes yeux étaient grands ouvert, lorsque je surpris mes parents avec un drôle de vieil homme vêtu d'une cape. Il semblerait que j'avais interrompu une discussion importante. Était-ce pour cette raison que mes parents m'avaient conseillée d'aller au parc ? Le vieil homme semblait inquiet, son regard laissait facilement penser que quelque chose de « mal » se déroulait. Et sa phrase, cette phrase qui m'avait choqué.

« - Impossible ! Mon sceau ne devrait pas se briser ! Nous devons le réparer et vite ! Dit-il en se rapprochant de moi.
- Ne le laisse pas s'approcher Enma ! Dit une voix résonnant dans ma tête. Ouvre les yeux, ne te laisse plus tromper ! »

D'où venait cette voix ? Je n'en avais aucune idée. Elle me semblait familière, un peu comme si c'était la mienne, me parlais-je à moi-même ? Je n'avais pas le temps d'y réfléchir. Que voulait me dire cette voix par ce message ? J'observais ce vieil homme encapuchonné s'approcher de moi, devais-je écouter cette voix ? Je n'en savais trop rien, mais je savais que si je le laissais s'approcher j'allais le regretter. Plus il avançait plus je reculais, jusqu'à me retrouver dos au mur. Mon mal de tête s'était estompé, mais que l'espace d'un instant, puisqu'il reprit de plus belle. J'avais l'impression que ma tête allait exploser, dans un cri de douleur terrifiant, mon corps se recouvrait d'une lumière jaune étrange. À ce phénomène le vieil homme s'était arrêté me regardant avec des yeux montrant sa stupéfaction. Levant ma main afin de regarder cette étrange lumière jaillir de mon corps, c'était à ce moment-là que je venais de comprendre ce que voulait dire cette Diana. Mon pouvoir scellé, c'était de ça qu'elle parlait ? Cette étrange et mystérieuse force qui envahissait mon corps, à vraie dire je ne comprenais pas grand-chose. À part que cet homme était sûrement celui qui avait bloqué ma magie, mais pour quelle raison ? Mes parents quant à eux avaient réagis aux quarts de tour utilisant la magie pour m'immobiliser. Ainsi donc elle avait raison, cette fille, le village m'avait trompé, ils étaient tous capables d'utiliser la magie ? Mais pourquoi mes parents m'auraient-ils mentis ? Ne suis-je pas censé être leur enfant ? Ne sont-ils pas censé me protéger et m'aimer ? Ces questions avaient fait apparaître un autre mal de tête, qui semblait faire réagir l'étrange lumière qui entourait mon corps. La lumière se propageait petit à petit pour finalement éclairer toute la demeure, avant de disparaître en ne laissant aucune trace. Que venait-il de se passer ? Je l'ignorais, mais je n'étais plus immobilisé et les trois personnes étaient allongées sur le sol, inconscients. Qu'avais-je fait ? Positionnant ma main gauche devant ma bouche, je regardais cette scène, les yeux brillant à cause des larmes qui coulaient le long de mes joues. Les avais-je tués ? Apparemment non, ils respiraient encore... Rester dans ce village m'était impossible, mon cœur me disait de rester, mais mon cerveau et mon corps faisaient totalement le contraire. Sans même m'en rendre compte j'étais déjà là en train de préparer un sac avec des affaires. Et me voilà quittant la maison en courant, mon corps semblait bouger tout seul, mais avant de partir, il fallait que je revoie cette fille. Chose facilement réalisé, puisqu'elle était encore au parc. Je m'approchais d'elle, toujours en courant, pour finalement m'arrêter devant elle essoufflé, comme si je venais de courir un marathon. Prenant sa main dans la mienne je fixais ses yeux avec ce sourire, que j'avais eut lorsque je l'avais rencontré.

« - Écoute-moi... Je ne sais pas comment te remercier... Enfin à vraie dire je ne sais pas comment réagir, mais je te fais la promesse que je reviendrais. Je reviendrais te chercher, attends-moi ici, je reviendrais. »

Pourquoi ne pas l'emmener avec moi maintenant ? Je n'en savais rien, les mots étaient sortis tout seul. Mais après tout, je pensais que les jours qui allaient suivre, allait être mouvementé donc je voulais sûrement la tenir à l'écart de tout ça. Je n'avais attendu aucune réponse de sa part, je venais de lâcher sa main pour reprendre ma course à travers le village pour en sortir. Qu'allais-je faire à présent ? Je n'en savais rien. J'ignorais tout du monde extérieur, à part Magnolia je ne connaissais aucun endroit, mais me rendre là-bas serait bien trop prévisible. Je commençais donc à courir dans une direction qui m'étais inconnu, je ne savais même pas où j'allais terminer. Où est-ce et que pourrais faire un petit garçon de six ans seul dans ce vaste monde, sans personne ?


II - Mahō no sekai

Je continuais de courir sans trop savoir où je me rendais, mais je m'en moquais. Tout ce que je voulais c'était partir loin, très loin de ce village. Pour cela devais-je abandonner cette fille ? Secouant ma tête pour retirer cette pensée tout en courant, mon pied venait de s'accrocher à une racine sortant du sol. Mes bras bougeait dans le vide comme si j'essayais de me rattraper, mais je m'étais finalement écraser sur le sol. Je ramenais mes genoux vers le haut de mon corps, je me redressais légèrement pour me tenir sur mes genoux en me frottant le front légèrement rouge, mais surtout pleins de terre. J'avais couru pendant une bonne dizaine de minute, mes jambes ainsi que mon corps étaient épuisés, ma respiration s'était accélérée à cause de l'effort. Cette voix que j'avais entendue lors de cet étrange phénomène venait de réapparaitre dans un mal de tête, me disant de continuer ma course sans m'arrêter jusqu'à arriver à une rivière. Mais à qui appartenait cette voix ? Pouvais-je lui faire confiance ? De toute façon je n'avais pas le choix, je pouvais facilement entendre des bruits de course et des voix, ils me poursuivaient. Me mordant la lèvre inférieure, je forçais sur mes mains pour me relever et reprendre ma chevauché du mieux que mon corps le permettait. Je ne pouvais les laisser me mettre la main dessus, s'ils me rattrapaient... Qui sait ce qui allait se passer et à vraie dire je n'avais pas très envie de le savoir. Je continuais de courir à bout de souffle et en titubant légèrement à cause de la fatigue de mon corps, ma vision se troublait, mais je pouvais apercevoir au loin un petit ruisseau reflétant la lumière du soleil. De l'eau ? Était-ce la rivière ? Il mettait impossible de continuer à courir, alors je marchais tant bien que mal jusqu'à cet endroit. Je n'étais jamais venu ici, je ne savais même pas qu'il y avait une rivière à proximité du village. Mes parents ne m'avaient jamais parlé de ce côté-là, je ne sortais du village que pour me rendre à Magnolia, je ne connaissais que cette ville et ces alentours. Après quelques secondes qui ressemblaient plutôt à quelques heures à ma vision, j'étais arrivé à cette rivière dont m'avait parlé la voix, j'avançais vers l'eau épuisé... Tombant au sol, je continuais de m'y rendre du mieux que je le puisse à quatre pattes, voir même en me déplaçant avec le peu de force qui me restait dans les bras. Mes doigts trempaient dans l'eau claire, retirant toute la terre et autre saleté présente sur mes doigts, continuant de m'avancer à l'aide de la force de mes bras, mon corps entier était finalement allongé sur l'eau. Les bruits de pas se rapprochaient, alors que je n'arrivais plus à effectuer le moindre mouvement et puis finalement des visages mécontents se montraient un par un. Ils étaient cinq et moi j'étais tout seul. Pourquoi cette voix m'avait-elle guidée ici ? Au final cela n'avait servis à rien. J'avais fermé mes yeux, après tout je ne pouvais plus rien faire à part subir le châtiment qui allait sûrement tomber sur moi. Du moins c'est ce que je pensais, jusqu'à ce que mon corps soit recouvert d'eau, je flottais dans ce qui ressemblait à une poupée d'eau pure... Qui manipulait cette chose dans laquelle je me trouvais ? Je paniquais, comme tout le monde le ferait, mais étrangement, je n'avais aucun mal à respirer et mon corps, c'était comme s'il se régénérait. Était-ce la personne à l'origine de cette voix ? Cependant, je n'arrivais pas à me calmer après tout, qui serait calme enfermé dans ce monstre d'eau ? Mes yeux s'étaient grands ouvert lorsque cette voix résonnait, mais cette fois-ci pas seulement dans ma tête.

« - N'ai crainte Enma. Ai confiance en moi, t'ai-je menti jusqu'à maintenant ? Dit cette mystérieuse voix masculine et à la fois féminine.
- Que fais-tu ici Silma !? Cet enfant n'aurais pas dû éveiller ces pouvoirs aujourd'hui. Il est bien trop jeune ! Rends-nous notre arme la plus puissante ! Ne nous force pas à combattre Silma ! Le chef nous a donné l'ordre de le récupérer par la force si nécessaire, ta force ne nous intéresse plus Silma, ce garçon est bien plus puissant que toi tu n'es plus d'aucune utilité !
- Ce garçon n'est pas une ARME ! Son CORPS, son POUVOIR, ses PENSEES, ses ACTIONS ! Tout cela lui appartient, à lui et à lui seul ! Je ne vous laisserais plus décidé de la vie d'un enfant comme vous l'avez fait avec moi. Cet enfant a été béni par la lumière, je ne le laisserais pas plonger dans vos ténèbres ! »

Silma ? Arme ? Enfant ? Bénis ? Lumière ? Ténèbres ? Qu'est-ce que tout cela voulait dire ? Aux yeux du village je n'étais donc qu'une arme ? Je ne comprenais aucun mot de cette histoire... Qui étais-je réellement ? Que voulait dire cette personne dont je n'arrivais pas à voir le visage, mais dont la voix était des plus étranges. Cette voix à la fois masculine et féminine, comme si une femme essaye de parler comme un homme. Malgré le fait que mon corps soit soigné de ces petites blessures, j'étais épuisé et cela même l'étrange chose dans laquelle je me trouvais ne pouvait y remédier. Mes yeux se fermèrent petit à petit, laissant place à une obscurité totale. Ce qui s'était passé ensuite ? Je n'en savais rien, tout ce que je savais c'était que je me venais de me réveiller dans ce qui ressemblait à une cabane. Ou du moins cela en avait l'air, mais c'était étrangement spacieux et bien décoré. Mon corps était recouvert de bandage, mes affaires étaient soigneusement pliées et posées sur le meuble d'à côté. Où est-ce que j'étais ? Cette maison ne ressemblait en rien à ce qui se trouvait au village, je ne me trouvais donc pas dans ce dernier. Je ne savais pas comment l'expliquer, mais je me sentais étrangement bien ici... Les rayons de soleil traversant la fenêtre s'abattaient directement sur mon corps fragile ou du moins sur la couche de bandage recouvrant mon corps. Mon visage fut illuminé par un sourire, du moins jusqu'à la vision de cette personne se fasse devant mes yeux. Vous avez déjà vu un homme essayant de ressembler à une femme, ce qui est déjà assez effrayant. Mais devant mes yeux, une femme essayant de ressembler à un homme... De fines jambes féminines recouvertes de poils, un corps laissant sans mot et indescriptible avec une forte poitrine surement poilue elle aussi, mais ça je ne voulais pas le savoir… Des bras immenses recouverts de poil aussi et ce visage, ce visage féminin aux cheveux longs, aux petits yeux bleus, au nez fin et à la fine bouche, -vous vous dites que tout est normal sur ce visage- pourquoi avait-elle une barbe ? Pourquoi voulait-elle ressembler à un homme ? Pourquoi ? Pourquoi devais-je voir une telle horreur à mon âge ? Mon sourire avait laissé place à une bouche grande ouverte, j'avais l'impression que mes yeux allaient ressortir de mon visage. Finalement je m'étais laissé retomber pour fixer le plafond. Essayant de reprendre mes esprits après cette vision, la personne positionna sa tête juste en face de la mienne, me donnant ainsi une autre crise d'horreur. Voulait-elle ma mort ? Attendez, une femme voulant ressembler à un homme ? Ce serait cette personne à l'origine de la voix dans ma tête ? Cette personne qui m'a « sauvé » la vie. Était-ce Silma ? Reculant au jusqu'au bout du mur en me poussant avec mes pieds, je fixais cette personne à travers les trous de mes doigts. Après quelques minutes ainsi passé dans le silence, je baissais mes mains pour poser une question.

« - Vous êtes cette voix qui me parlait ? Dis-je un peu confus
- Oui. Dit-elle en ouvrant la bouche. C'est bien moi. Finit-elle dans mes pensées.
- Pourquoi... m'avez-vous sauvé ? Demandais-je en bégayant. Pourquoi, avez-vous faites tout cela pour moi ? Comment connaissez-vous mon nom ? Que vouliez-vous dire par Arme ? Quelle est cette histoire d'être béni dans la lumière ? Reprit-je ensuite sans bégayer.
- Doucement, doucement. Je répondrais à toutes tes questions si tu restes calme et que tu t'allonges que je termine de soigner ton corps de l'épreuve qu'il a subi. J'approuvais par un signe de tête et finit par m'allonger à contrecœur. Pourquoi t'avoir sauvé ? Ne trouves-tu pas cette question un peu débile mon petit ? La réponse me semble simple pourtant, je ne pouvais pas rester sans rien faire en sachant qu'un garçon allait être l'objet de terrible souffrance. Cette réponse vaut pour ta deuxième question aussi. Il ne faut jamais sous-estimez une vieille dame je sais plein de choses à ton sujet. Je suis originaire du même village que toi, lorsque j'étais enfant, je pensais aussi que tout le village était un village de non mage, une fois que je fus en âge de contrôler ma magie, ils ont libéré le sceau qu'il m'avait imposé, ils m'ont ensuite appris à m'en servir dans des buts sombres. Ils comptaient faire la même chose avec toi. Quant à cette histoire d'être béni dans la lumière c'est simple... Ton cœur est aussi pur que ton âme, tout cela est aussi lié à ta magie... Je t'expliquerais cela plus tard mon enfant. »

J'étais resté allonger pendant tout son discours, étrangement, je me sentais bien. Comme si je connaissais cette personne depuis longtemps, alors que c'était la première fois que je la voyais. Bien qu'elle soit étrange et effrayante, je sentais une grande bonté émaner d'elle. Était-ce dut à ce sourire ? Ou peut-être à ce qu'elle avait fait pour moi ? Je n'en savais rien, mais je souriais, sûrement comme un imbécile, mais je souriais de tout mon corps. J'avais ce pressentiment qui me disait de faire confiance à cette étrange femme. Une fois qu'elle eut finit de retirer les bandages et d'appliquer une étrange crème, elle me tapota légèrement le ventre comme pour me dire de me lever avant de descendre à l'étage inférieur. Tandis que moi je me redressais afin d'attraper mes vêtements... Une seconde, ces vêtements étaient différents de ce que j'avais. Haussant les épaules avant d'enfiler les vêtements, je me redressais pour finalement m'écrouler sur le sol. Attendez une seconde ! J'avais glissé ? Non. Je tentais de me lever, mais j'avais comme un poids énorme poser sur moi, c'était quoi ce délire ? Était-ce ces vêtements qui étaient aussi ? Mais comment c'était possible ? En quoi était-il fait ? En plomb ? Je grimaçais en tentant de me relever et après des efforts qui m'avaient fait transpirer je me tenais finalement debout, prenant mes jambes une à une pour faire un pas après l'autre. Qu'elle genre de personne vous ferait porter de tels vêtements sans vous le dire ? Je m'attendais au pire concernant la suite et j'avais bien raison, je venais de descendre les escaliers aussi bien qu'un nouveau-née, autrement dit sur les fesses. Au moins j'étais arrivé en bas, dans une position assez bizarre, mais j'étais arrivé en bas, mes oreilles étaient en train de me piquer. Un brouhaha immense s'était installé dans la pièce avec des rires tous différents les uns des autres. Dans quel genre d'endroit j'étais tombé encore ? Un pensionnaire ? M'aidant de mes mains pour me mettre assit, je regardais autour de moi... Mon dieu, mais c'était quoi ce bordel, c'était quoi tous ces enfants ? Elle s'était orientée vers l'éducation d'enfant ? Je restais bouche-bée devant cette tribu d'enfant. Ils semblaient tous tellement heureux, cette joie qui émanait de chacun d'eux, c'était comme si mon cœur réagissait avec eux. Un immense sourire ce dessina sur mon visage suivi de larme... Je pleurais ? Pour quelle raison ? Cette scène m'avait-elle ému à ce point ? C'est vrai que c'était une scène des plus magnifiques et émouvantes que j'avais vu. La bonne femme me regardait avec un sourire avant de parler

« - Alors ? Comment trouves-tu ces vêtements ? Ils sont à ton goût ? Dit-elle en riant comme les autres enfants.
- Combien pèsent ces vêtements au juste ? C'était vraiment nécessaire ? Dis-je en me grattant l'arrière de la tête gênée.
- Hmm... Si je n'ai pas oubliée, ils pèsent environ 75 kilogrammes. Oh mince j'ai oublié de t'en parler, désolé je me fais vieux tu sais alors j'ai tendance à oublier des choses. Ton entraînement commence dès aujourd'hui. Je vais t'entraîner pour que tu puisses te défendre dans ce monde gigantesque.
- Mais vous êtes une fem... Je m'étais arrêté là, en voyant le regard qui vous lancent des éclairs que me lançait la vieille (ceci n'est pas une faute) homme. Mon entraînement ? Vous allez m'entraîner à la magie ?
- Nous allons déjà commencer par renforcer ton corps, ta magie est une magie très puissante, t'apprendre à t'en servir tout de suite ne produira que des choses dangereuses pour ton corps. »

Je ne fis qu'un signe de tête avant de me relever en me tenant à la barre près de moi. Je n'étais pas encore habitué à ce poids et cela risquait de prendre un peu de temps. La vieille Ooba-chan s'était dirigée vers l'extérieur en me faisant un signe de main, je me déplaçais donc en me tenant à tous les meubles à ma portée sous le regard amusé des autres enfants. Étaient-ils eux aussi des mages ? Je n'en savais rien, mais ils avaient plutôt l'air d'être des enfants normaux, peut-être avaient-ils été abandonné. J'étais finalement arrivé à la porte d'entrée, passant cette-dernière pour arriver dehors je me tenais au mur pour ne pas tomber sous le poids. La vieille me fit signe de venir vers elle, appuyé sur un immense rocher. Je me déplaçais tant bien que mal vers le rocher sans tomber, pour finalement me rattraper à ce dernier. Elle me regardait avec un sourire qui ne laissait rien présager de bon. Elle m'expliqua ensuite que j'allais devoir tirer ce rocher le long d'une pente.... C'était quoi son réel but ? Me tuer ? Je grimaçais à cet exercice, mais si cela me permettait de devenir plus fort afin de pouvoir utiliser ma magie alors je le ferais. Me déplaçant tant bien que mal vers l'endroit où se trouvait la corde qui enroulait le rocher, je prenais cette-dernière dans mes mains en la faisant passer sur mon épaule pour commencer à tirer... Rien ! Rien ne bougeait d'un centimètre, je faisais cet effort pour rien et ces vêtements pesaient une tonne, je n'arriverais à rien. Abandonner ? Non cela ne faisais pas partis des choix possibles, je ne voulais pas être ce petit garçon que j'étais, je ne voulais plus que l'on décide pour moi, je voulais être un mage ! Quoi qu'il arrive, je réussirais, quoi qu'il arrive je traînais cette boule grise jusqu'en haut de cette pente... Quoi qu'il arrive... Je tomberais. Encore une fois j'étais tombé sur le sol comme un imbécile, ma maladresse et moi c'étaient une grande histoire d'amour. Frappant le sol avec mon petit poing qui était avouons-le ridicule. J'avais beau avoir aidé mes « parents » aux champs je n'étais pas si fort que ça. Serrant finalement le poing je me relevais tant bien que mal en reprenant cette maudite corde pour essayer à nouveau de tirer ce rocher. Sérieusement, qui pouvait tirer ce genre de choses ? Aucun adulte normalement constituer le pourrait, alors un enfant ? Impossible. Après quelques essais inutiles j'arrêtais de tirer pour reprendre mon souffle avant de taper violemment du pied en pointant la pierre et en criant avec une tête assez amusante

« - Espèce de vieille folle, qui arriverait à tirer ce genre de truc ? Même... Même.... Même un géant n'y arriverait pas. Dites-le si vous voulez me tuer vieille folle !
- Qui.. Qui as-tu traité de VIEILLE ! Espèce de petit merdeux, je vais te la faire manger la pierre moi, tu vas voir c'est qui la femme ici... On a trois poils sur le zizi et on fait le grand !
- Heu.. euh.. ozezds... Devenant rouge de gêne.. D'abord, je n'en ai pas que trois ! Et au moins je ne suis pas une femme qui se fait passer pour un homme en se laissant pousser des poils. Vous voulez peut-être faire le gros bonhomme. Dis-je en mimant l'homme musclé comme personne ne le voudrais.
- Espèce de .... Serrant le poing elle me mit un coup sur la tête qui avait suffi à me faire une bosse.. Je vais te les faire manger, moi tes poils on verra par où ils vont sortir après ! Je t'ai pas demandé de te plaindre tire moi ce cailloux avant que je le tire avec la peau de tes petites fesses. »

Effrayante, elle était tout simplement effrayante. Je frottais ma tête où s'était formée une bosse après son coup. Sous son regard terrifiant je venais de reprendre la corde, pour essayer à nouveau de tirer ce rocher. J'y avais passé toute la journée, en ayant bien sûr effectué quelque pause pour manger et boire, mais ce fichu rocher n'avais pas bougé. Un seul point positif, je ne ressentais plus tellement le poids des vêtements. Le soleil commençait à se coucher, tandis que tous les autres enfants allaient se coucher, j'étais resté là à l'extérieur toujours en train d'essayer de tirer ce maudit cailloux. Pourquoi ne voulait-il pas bouger ? Lâchant cette maudite corde, je me laissais tomber sur le sol... Je ne pouvais me résoudre à aller me coucher, mais si mon corps me disait par la douleur d'aller m'allonger et de dormir, je ne pouvais m'y résoudre. Après quelques instants passé assit à boire de l'eau et à manger, je continuais l'entraînement, mais avant de continuer à tirer, j'effectuais quelques exercices simples : des abdominaux et autres exercices basique de ce genre. J'avais passé ma nuit entière à faire cela, tiré, mangé, boire, exercice, tiré... Tout le monde dormait pourtant j'avais cette étrange impression d'être espionné, mais je n'y prêtais pas attention continuant ce que je faisais. Le soleil se levait et j'étais encore là, pas à tirer la pierre, mais j'étais adossé contre celle-ci, la tête baissée et les yeux fermée. Je m'étais endormi d'épuisement, j'avais senti cette étrange douceur se poser sur moi, la douceur d'une couette, comme si quelqu'un venait de poser une couette et de m'allonger correctement sur le sol.

« - Tu en fais trop petit merdeux... Mais je ne te pensais pas aussi déterminé. Repose-toi, le repos fait aussi partie de l'entraînement. »

Je n'avais entendu cette phrase qu'au minimum, mais même en étant endormis cette phrase m'avait fait sourire. Enfin vous l'avez compris, mes journées ressemblaient à celle-ci, parfois la vieille Ooba-chan me faisait faire d'autre exercice. Bien que ces entraînements furent plus une torture qu'autre chose, je passais de si bon moment en compagnie de ce drôle de personnage et des autres enfants. Je ne savais pas comment l'expliquer, mais c'était comme cela, en leur présence mon cœur était comme une immense boule de joie. Après trois ans d'entraînement intensif pour renforcer mon corps ainsi que mon esprit disait-elle. Moi je pensais plutôt que pendant ces trois ans elle avait surtout essayé de me tuer, mais comme elle n'avait pas réussi elle s'était peut-être dit qu'au fond ça ne servait à rien. Donc je disais qu'au bout de trois ans d'entraînement, le rocher n'avait toujours pas bougé, c'était vraiment impossible du moins ça l'était pour moi actuellement. Mais bien que je n'avais pas réussi à le faire bouger j'avais pu ressentir et voir les fruits de cet entraînement plus que monstrueux. Mon corps s'était mieux formé, je ne ressentais plus le poids des vêtements, ma force, mon agilité, mon endurance et ma vitesse c'étaient accrus à un stade que je pensais impossible pour un enfant de mon âge. Je me trouvais à l'extérieur de l'immense cabane, ou plutôt de l'immense chalet, comme à mon habitude d'ailleurs. M'entraînant à taper dans le vide, mais cette fois-ci sans ces vêtements qui pesaient, on pouvait facilement entendre le bruit de l'air se fendre à chacun de mes coups. Mais je me demandais toujours pourquoi il avait fallu tant d'année d'entraînement pour que ce jour-là arrive. L'étrange Silma se dirigeait vers moi, avant de me tapoter la tête pour me dire d'arrêter, ce que j'avais bien évidemment fait, je ne voulais plus me reprendre ces coups dont elle avait le secret. Elle s'était baissée à ma hauteur avant de me regarder.

« - Écoute Enma, il est temps pour moi de t'apprendre ce que je sais. Ton corps et ton esprit sont enfin près, je vais t'enseigner les bases de la magie. Mais, sache qu'il me sera impossible de t'apprendre comment utiliser ta magie, nous avons une magie différente, mais les bases restent les mêmes. Elle prit une pause. Je vais d'abord te parler de ta magie. Elle porte le nom de Hikari no mahō, autrement dit : magie de la lumière. C'est une magie très puissante qui sera convoité par beaucoup de personnes, tu ne devras pas te laisser influencer par les dire et les promesses des personnes... La magie de la lumière est possédée que par très peu de personnes, mais sa puissance est telle que si ton corps n’a pas été préparé correctement il risque de subir de gros dommages. Ensuite ta magie peut se décomposer en trois parties. Dit-elle en faisant le nombre trois avec ses doigts. Premièrement il y a la partie offensive qui te permet de causer des dégâts à ton adversaire, deuxièmement la partie défensive qui te permet de te protéger et troisièmement la partie de soutien ou renforcement qui te permet d'augmenter tes capacités ou celle de tes amis. Toutefois, fait bien attention, toute magie puissante à ces inconvénients, la tienne peut être fatal pour l’utilisateur si elle est mal utilisée, ne prends jamais… JAMAIS le risque d’utiliser un sort que tu ne maitrises pas, en combat. Écoute moi bien, je vais t’apprendre les bases comme je te l’ai dit, mais promets moi une chose : ne laisse jamais les ténèbres obscurcir ton cœur, ne laisse personne t’utiliser comme une arme.
- Je possède un tel pouvoir en moi ? Est-ce possible ? C'était pour ce pouvoir que le village voulait me garder sous contrôle ? Secouant la tête pour retirer ces pensées-là. Je vous promets, je resterais fidèle à vos enseignements... J'utiliserais ma magie que pour me défendre ou pour défendre un être cher, ma magie ne sera utilisée que pour faire le bien autour de moi... Je ne laisserais aucune émotion sombre prendre le contrôle de mes actes et je ne laisserais jamais plus quelqu'un se servir de moi.
- Donc comme je te l'expliquais, ta magie est composée en trois parties. Je ne pourrais t'en apprendre aucune ! Je ne t'apprendrais que les bases de la magie de ce monde, car même si je le voulais je ne pourrais pas d'apprendre les trois parties. Tu devras apprendre à utiliser ces trois parties toi-même. Enfile cela et rejoins au haut de la pente. Dit-elle en me tendant des vêtements que je pris avant qu'elle ne parte. »

Les vêtements semblaient si légers et j'avais l'impression de ne porter dans mes mains. Ils étaient totalement différents des vêtements précédents. Restant un peu perplexe, je me demandais quel type de vêtement elle m'avait encore passer, mais après quelques secondes de réflexion j'avais enfilé ces derniers. Ma surprise fut immense, lorsque je me rendis compte que les vêtements étaient légers et souples me donnant ainsi une plus grande liberté dans mes mouvements. Une fois la tenue enfilée, je montais cette fameuse pente dont le sommet m'était inconnu n'ayant jamais réussi à monter la pierre là-haut. Mes yeux s'étaient ouverts à un tel point qu'on aurait pu croire qu'ils allaient ressortir. Le terrain au sommet de la pente était un grand champ d'entraînement avec divers mannequins et cible. Cette question m'était venue à l'esprit : étais-je son premier élève ? Sûrement pas, je pouvais facilement voir de nombreux trous dans la roche se trouvant sur le côté est et des mannequins détruit du côté ouest. J'avais repris mes esprits lorsqu'elle s'était mise à marcher vers la gauche, la suivant pour finalement arriver devant une espèce de grand tableau, elle m'avait fait signe de m'asseoir sur ce qui ressemblait à un siège. Finalement assis, elle me fixait avec un regard totalement différent d'auparavant.

« - J'ai entraîné ton corps et ton esprit pendant trois ans. Toutefois, même avec cela je ne t'apprendrais pas à te servir de la magie maintenant ! Je ne t'ai encore jamais parlé du monde qui nous entoure, ce monde vaste où tu rencontreras sûrement des personnes différentes les uns des autres, avec des magies et des visions du monde différente des tiennes. Je vais maintenant te parler des différentes magies qu'il existe soit très attentif :
* Premièrement il y a les magies qu'on appelle les magies de construction : elles permettent au mage de créer divers objets avec sa magie, comme par exemple de créer un vase de glace ou de terre.
* Deuxièmement il y a les magies de rééquipement : comme son nom l'indique elle permet aux mages de s'équiper d'objet en tout genre : armures magiques, arme magique ...
* Troisièmement il y a les magies d'esprit : ce genre de magie permet de faire appel à des esprits pour combattre. Dans cette catégorie il y a plusieurs mages : constéllationiste qui utilise des clefs pour invoquer les esprits stellaires, ainsi que des mages capables de créer des esprits grâce à leur magie.
* Quatrièmement il y a les magies perdues ou rare comme la tienne : dans cette catégorie il y a plusieurs types aussi, mais toutes les expliquer seraient bien trop long je vais donc te parler de la plus importante. La magie des Dragons Slayer, aussi appelé Chasseur de Dragon. Ils ont obtenu leur magie d'un Dragon et sont capables grâce à leur magie de combattre les dragons, ils peuvent se nourrir de leur élément pour reprendre des forces... Ils sont des mages redoutables bien que rare.
* Il y a ensuite les magies que j’appelle magie basique qui permette de contrôler un élément comme le feu, l’air, l’eau, la foudre
… »

Dragon Slayer, cette magie avait attiré mon attention, je voulais rencontrer ce genre de mage. Je ne savais pas pourquoi, mais je voulais en rencontrer un. Magie des dragons, je voulais voir cette magie de mes yeux, je ne savais même pas que les dragons existaient jusqu'à aujourd'hui. Perdu dans mes pensées, la vieille folle m'en extirpa en continuant son discourt sur le monde de Fiore et de ce le composait. Il y avait tant de lieu, tant de choses que je voulais voir de moi-même, ces créatures magiques que je voulais rencontrer, ces mages qui ont marqué l'histoire de ce monde en bien ou en mal. Le monde était bien plus vaste et riche que ce que j'avais imaginé. Son discours avait duré des heures et des heures à vraie dire, je commençais à m'endormir, autant la partie sur la magie et le monde étaient intéressants, autant la partie sur les montagnes et plaines m'endormaient. Après avoir passé des heures à lutter contre le sommeil, elle avait finalement terminé son discours avec des dessins indescriptibles sur le tableau. J'essayais tant bien que mal de déchiffrer les dessins, mais la réalité m'avait rattrapé lorsque je sentis ma tête heurter un objet. Elle venait de me lancer la craie en plein sur le front, par réflexe je frottais ce dernier avant de la regarder. L'envie de m'énerver était présente, mais j'essayais de la contenir, je n'avais pas envie de me retrouver avec une bosse pendant deux semaines encore. La maudissant dans ma tête, je la fixais d'un regard assez ennuyé montrant bien que je n'avais plus que marre d'être assis surtout que son siège était très inconfortable et qu'il faisait mal aux fesses. Dans un soupire long elle me fit signe de me lever avant de marcher en direction des mannequins, elle semblait effectuer une étrange danse, à vraie dire je n'y comprenais rien, mais son regard sombre m'avais fait froid dans le dos. C'est donc contre mon grès que je m'étais mis à effectuer les mêmes gestes qu'elle. Je n'y comprenais pas le sens, mais je sentais une étrange sensation à l'intérieur de mon corps, comme si mon énergie réagissait avec cette danse des plus débiles. C'était quoi le but cette fois-ci ? Réveiller le pouvoir qui dormait en moi avec cette danse ? Je n'en savais trop rien, mais je continuais pour éviter de la mettre en colère. Elle venait de s'arrêter avant de se concentrer immobile, je pus facilement voir une espèce de bulle d'eau se former entre ses mains, bulle qu'elle rejeta vers l'un des mannequins sous forme d'un puissant rayon d'eau à forte pression qui troua littéralement le bout de paille. Elle me regardait d'une manière c'était comme si elle m'invitait à faire de même, je m'étais donc immobilisé en fermant les yeux en essayant de me concentrer au maximum, visualisant une boule dans mes pensées... Une boule jaune de lumière c'était bien formé entre mes mains, mais la suite fut plus que pitoyable, mon énergie explosa entre mes mains, relevant la poussière. Une fois le nuage dissipé, on pouvait facilement me voir, le visage marron à cause de la poussière. Je me doutais bien que cela n'allait pas être facile, mais tout de même. Recrachant le sable que j'avais en bouche à cause de cette faible explosion d'énergie. Je recommençais encore et encore, jour et nuit, essayant diverse position avec mes mains. Mais à quoi bon ? Je n'avais à rien, mais pourtant je continuais encore et encore, jour et nui pendant à peu près quatre mois, je n'avais même pas vu le temps passer. Pourquoi n'y arrivais-je pas ? L'image de la balle était-elle trop flou dans mon esprit ? Ou étais-je trop tendu ? Prenant une grande inspiration, je fis quelque mouvement de bras avant de tendre ma main où se concentrait mon énergie magique en formant une boule de couleur jaunâtre. Ré-ouvrant les yeux en poussant un cri de guerre, la boule s'était relâchée sous forme d'un rayon. Le mannequin fut littéralement réduit en cendre. Je vacillais d'avant en arrière avant de tomber sur les fesses, les mains sur le sol poussant un long soupire avant de sourire. Le bruit de main se tapant l'une contre l'autre avait attiré mon attention, tournant mon visage pour regarder la vieille Ooba-chan.

« - Tu l'as compris n'est-ce pas ? Qu'importe la magie qu'on utilise, si l'on laisse nos émotions prendre le dessus, nous ne pouvons pas nous concentrer et notre magie sera dans ce cas-là instable ce qui pour toi pourrait être fatal. Je ne peux pas t'aider dans la création de tes techniques, cependant je t'autorise à rester ici jusqu'à ton dixième anniversaire ! Je n'ai plus rien à t'apprendre, je t'ai appris tout ce que je savais. Il te reste donc six mois pour mettre en place quelque sort après quoi je te demanderais de partir, mais de ne jamais... Au grand jamais parler de moi. Je t'aurais bien gardé ici avec les autres, mais tu es un mage tu as besoin de découvrir le monde. Tournant les talons elle avait pris en direction du chalet en murmurant pour elle-même. Je suis fière de toi jeune Findlear. Tu deviendras un excellent mage j'en suis sûre, je crois en toi. »

La dernière phrase fut à peine audible, j'avais souri de tout mon corps avant de laisser le haut de mon corps tomber sur le sol pour observer le ciel bleu. Six mois hein ? Ils allaient me paraître long et à la fois courts. Au final ces six mois avaient été plus rapide que je l'avais pensé. C'était maintenant le jour J, je devais quitter le chalet et toutes ces personnes chaleureuses avec qui j'avais tant grandit et tant appris. Mon sac était près, il contenait des provisions pour au moins deux mois, j'avais donc facilement le temps d'atteindre une ville à proximité pour trouver de quoi me nourrir et peut-être de quoi travailler. Il était temps pour moi de partir, à contrecœur, mais je me devais de partir la vieille avait raison après tout, je voulais parcourir le monde moi-même et pas à travers ces récits ennuyeux. Je n'avais fait qu'un grand signe de main tout en marchant pour les saluer, de toute manière, je reviendrais sûrement ici après quelques années pour les revoir. Ce n'était pas véritablement un adieu, ou peut-être que si, je ne savais pas ce que le destin me réservait.



III - Dragon Salyer

Me voilà sur le chemin de la découverte. Silma m'avait conseillé de me diriger vers l'ouest où je finirais par tomber sur une ville du nom de Clover, où était présent dans cette ville une guilde renommée portant le nom de Blue Pegasus. Avec un peu de chance peut-être finirais-je par devenir un mage de Blue Pegasus, je marchais tranquillement en fredonnant quelque peu pour briser ce silence pesant. Je n'avais pas oublié la promesse faite à Diana, mais j'étais encore trop faible pour pouvoir me rendre au village et la sauver de ces tyrans, c'était pour cela que rejoindre une guilde était sûrement la meilleure chose que je pouvais faire. Mais au fond, peut-être que cette guilde voudrait tout simplement utiliser mon pouvoir elle aussi. Pourquoi pensais-je à ce genre de choses ? Je ne savais pas où je me rendais, complètement perdus dans mes pensées, j'avais pris la route de gauche au lieu de prendre celle de droite. Mais ça évidemment je l'ignorais, où allais-je atterrir ? Je fredonnais toujours cet air joyeux que fredonnait souvent la vieille folle lorsqu'elle préparait le souper pour les autres. Mais cela appartenait au passé, enfin pas encore totalement, car ça ne faisait que quelques heures que je les avais quittés. Continuant ma marche encore et encore, je ne voyais même pas le temps passer. À tel point que j'avais finis sous une sorte de mini grotte pour m'abriter de la pluie. Les genoux replié vers mon corps, je les avais entourés avec mes bras avant de poser ma tête dans le creux de mes jambes. Tout ce qui me restait à faire c'était d'attendre que cette pluie cesse, ce qui fut le cas certes, mais seulement deux jours plus tard. J'étais resté assis là pendant deux jours, j'avais perdu deux jours de marche et ce lieu ne ressemblait en rien à ce que m'avait décrit Silma, je m'étais perdu ? Étrangement cela ne m'étonnait même pas, haussant les épaules, je finirais bien de toute façon par arriver quelques parts non ? Au pire je n'aurais qu'à me mettre à la chasse. Totalement perdu dans ma petite cervelle, je venais de percuter une personne, qui faisait à peu près la même taille que moi. Étant maladroit, j'étais tombé comme un imbécile et il avait fallu que je tombe sur la personne que je venais de bousculer. Il m'avait fallu quelques instants pour réaliser ce qui venait de se passer, mais je m'étais finalement relevé en tendant ma main pour aider l'autre. Mon regard jaunâtre c'était posé sur l'individu, il était jeune lui aussi, il devait avoir à peu près mon âge, avec des cheveux bleus aussi long que les miens. Ses yeux étaient bleus, il était quasiment identique à moi, sauf qu'à la place d'avoir les cheveux et les yeux jaunes, les siens étaient bleus.

« - Désolé, je suis très maladroit. Dis-je avec un sourire en l'aidant à se relever. J'espère que je ne t'ai pas trop fait mal ? Je m'appelle Enma Findlear.
- Non ça va merci. C'est plutôt pour toi que j'ai eut peur, ça va aller ? Me demanda-t-il avec un sourire. Je suis Drysfer Flynn. Dis-moi, reprit-il sur un ton assez attristé, tu n'aurais pas vu un dragon passer ?
- Un dragon ? Non je n'en ai pas vu désolé... Attends. Repris-je rapidement. Tu es un Dragon Slayer ?
- Oui. Je recherche le dragon qui m'a élevé.
- Puis-je de demander un service ? J'aimerais voir à quel point un Dragon Slayer est puissant.
- Je, je n'ai pas vraiment le temps. »

Au final, il avait fini par accepter. Après tout j'avais pas mal insisté, mais je voulais vraiment voir de quoi était capable un Dragon Slayer et je ne voyais pas où était le mal. Après tout j'avais pris la route pour découvrir le monde, affronter un autre mage me permettrait de tester mes capacités. C'était étonnant, il devait avoir quasiment le même âge que moi et il dégageait une grande énergie. Jusqu'à quel point les Dragons pouvaient-ils pousser leur entraînement ? Aucun mage n'ayant reçu un entraînement normal aurait une énergie magique pareille. Ou alors peut-être que cela était dut à sa magie de chasseur de dragon. On venait de déposer tous les deux notre sac à l'abri d'une quelconque averse et puis nous nous étions finalement mis en position de combat. Je ne savais pas trop à quoi ressemblait la magie des Dragon Slayer, donc je préférais rester tranquille et ne pas foncer tête basse, après tout mon adversaire n'était pas un mannequin de paille. Finalement il fit le premier pas en se dirigeant vers moi, pendant sa course son poing semblait s'englober d'eau. Je savais qu'il pouvait se nourrir et relâcher leur élément par la bouche, mais pas qu'il pouvait comprendre au corps à corps avec leur élément. Enfin sa technique était un peu similaire à mon renforcement de lumière. Puisqu'il se dirigeait vers moi, autant faire de même non ? J'avais donc pris la décision de me lancer moi aussi vers lui tout en concentrant ma magie autour de ma main créant une espèce de boule jaunâtre. Nous nous tenions maintenant à quelques centimètres l'un de l'autre, élançant tous les deux nos poings respectifs en direction de l'autre.

« - Mizuryu no Tenkken !
- Omona kyōka ! »

Tel avait été nos paroles pendant que nous élancions nos poings l'un vers l'autre. Le choc entre nos coups créa une petite crevasse au sol envoyant l'air créé contre les arbres nous entourant dressant au passage un écran de fumée. Pour plus de sécurité je m'étais reculé, après tout, notre vision était courte dans ce nuage. Mais une chose dont je ne savais : les Dragon Slayer étaient dotés d'une ouïe très fine. Le bruit de pied se posant sur le sol avait donc sûrement indiqué ma position et le coup qui avait suivis le bruit de mon pied pouvait le confirmer. La puissance du coup fut telle que j'avais été projeté en arrière avant de tomber sur le sol. Me rattrapant en posant ma main sur le sol, je m'étais repositionné avant d'essuyer ma joue et le sang qui coulait légèrement. La magie des dragons, quelle puissante magie, après tout, les dragons sont des êtres très puissants et très rare même dans le monde de Fiore, c'était donc normal que leur magie soit puissante. Fixant mon adversaire, ce dernier semblait prendre une grande inspiration en faisant gonfler le haut de son corps, avant de rebaisser la tête dans ma direction et lancé un puissant courant d'eau par sa bouche. C'était donc le fameux hurlement ? Concentrant ma magie au niveau de la paume de ma main, je la relâchais sous forme de rayon tourbillonnant qui entra en collision avec le hurlement du Dragon Slayer de l'Eau : Drysfer. Les deux sorts s'étaient annulés mutuellement, profitant de la confusion pour sauter sur mon adversaire pour lui assigner un coup au niveau du ventre qui le fit reculer de quelques mètres avant de me remettre en position. Après quelques instants à se fixer nous nous étions finalement lancé l'un vers l'autre pour commencer un combat au corps à corps. Les coups partaient dans tous les sens, certains étaient parés, d'autre était contré et certains atteignaient leur cible. Au final nous nous étions reculés l'un de l'autre, lui pour aspirer à nouveau un tourbillon d'eau dans sa bouche et moi pour concentrer ma magie dans ma main. Cette attaque allait être ma dernière et cela était sûrement valable pour lui après tout cela faisait déjà quelques heures que nous échangions des coups. Comme nous sommes encore jeunes notre pouvoir n'est pas à son maximum et notre réserve de magie s'épuise facilement.

« - Mizuryuu no….
- Hikari no maho….
- Houkou !
- Rēzā ! »

Une nouvelle fois son souffle entra en collision avec mon espèce de laser de lumière. Le choc causé par les sorts créa une onde de choc nous repoussant tous les deux en arrière. Un match nul ? C'était ainsi que le destin avait voulu que se termine ce combat ? Après tout c'était mieux ainsi, de toute manière je n'aurais pas eu le courage de le tuer et je pense que cela était pareil pour lui. Nous étions jeunes, à nos yeux tuer était quelque chose d'infaisable intentionnellement. En tout cas ça l'était pour moi. J'étais là allongé sur le sol, le visage recouvert de saleté et de blessure, mes vêtements étaient un peu déchirés. Je ne pensais pas que les combats pouvaient être aussi amusant, je m'étais imaginé ça de manière sanglant et cruel, mais c'était complètement l'inverse. Du moins en ce qui concernait ce combat, je m'étais beaucoup amusé, ce n'était pas le fait de frapper ou de recevoir des coups qui m'amusaient, mais c'était de tester mes capacités avec un adversaire tel que lui. Au cours de ce combat nous avions pu apprendre beaucoup l'un sur l'autre. Cet unique combat m'avait suffi pour l'apprécier à un point que je n'imaginais pas. C'était sûrement le seul garçon de mon âge que j'appréciais autant, en même temps c'était aussi le premier que j'avais rencontré. J'étais complètement vidé de ma magie, mon corps me semblait lourd, mais pourtant j'avais réussi à me redresser pour m'asseoir et regarder ce fameux Drysfer. Reprendre la route était une option que ni lui, ni moi ne pouvions choisir, la seule chose que nous pouvions faire étaient de s'abriter sous une sorte de grotte où nous avions mis nos sacs, pour récupérer. Le ciel avait commencé à s'assombrir, ce qui laissait présager qu'une bonne averse allait bientôt tomber. Nous étions donc assit là sous cette espèce de grotte pour nous abriter de la pluie.

« - Je me suis beaucoup amusé Drysfer. Je ne pensais pas que combattre pouvait être amusant. Tu sais que tu es le premier garçon de mon âge que je rencontre et le premier contre qui je me suis battu... Que penses-tu de refaire un combat quand nous serions plus grands ?
- Je me suis beaucoup amusé aussi Enma. Pourquoi pas, ça pourrait être amusant, mais je ne laisserais pas le prochain combat se terminer en un autre match nul. »

Nous avions discuté toute la nuit, parlant de tout et de rien, je n'avais pas vu le temps passer. Je m'étais finalement endormi en lui souhaitant de retrouver son dragon. Depuis ce combat une certaine amitié était née, ainsi qu'une certaine rivalité d'ailleurs. J'aurais peut-être mieux fait de ne pas m'endormir au fond. À mon réveil le fameux Dragon Slayer que j'avais rencontré n'était plus là et aucun moyen de savoir où il s'était dirigé. Enfin nous nous étions promis de nous retrouver une fois l'âge adulte atteint, donc nous nous reverrions tôt ou tard. Je me tenais assit sous l'espèce de grotte, pour finalement prendre mon sac et me lever afin de reprendre ma route.

(3 semaines plus tard)

« - Aller ne sois pas timide mon petit, viens ici ! Le chef veut te dire deux mots ! Ne fais pas ton sale gosse ! Dit un mage noir me poursuivant
- Tsch... Pourquoi il a fallu que j'attire l'attention sur moi... Fait chier, j'aurais dû écouter la vieille Ooba-chan et j'aurais dû me faire discret. »

J'étais poursuivit par deux mages noirs qui voulaient m'emmener à leur chef. Pour quelle raison ? Et bien il faut dire que ma magie était convoitée et j'avais eu l'intelligence de l'utiliser en pleins devant des mages suspects. J'aurais dû continuer ma route sans rien faire cela m'aurait évité bien des problèmes. Je continuais de courir sans trop savoir où je me rendais. J'étais finalement arrivé dans un village en ruine, l'odeur du sang et des cadavres y régnaient, autant dire que cela me repoussait au plus haut point, mais faire marche arrière m'était impossible avec ces deux mages en robe noire à quelques mètres derrière. J'avais donc pris mon courage à deux mains et je m'étais finalement mis à courir dans ces ruines avant de me cacher derrière un mur. Il fallait bien que je reprenne ma respiration et que je me repose un peu, même si cela était très dangereux je n'avais pas le choix. De toute manière la fatigue se faisait aussi ressentir chez eux. Avec un peu d'espoir ils abandonneront la recherche. Le ciel semblait se déchirer, cela ne laissait rien présager de bon, c'était la première fois que je voyais un tel ciel, il ne ressemblait en rien à un ciel d'orage ou de pluie non, c'était autre chose, mais j'ignorais quoi. Avant même d'avoir pu réagir ma tête venait de heurter un rocher sur le sol. Le choc fut tellement fort que j'avais perdu connaissance. Ces saletés de mage m'avaient attaqué par derrière pendant j'étais occupé à observer ce ciel magnifique. Mais ce qu'il y avait d'étrange c'est que j'avais cette étrange impression de légèreté, comme si mon corps voulait dans les airs... Qu'est-ce que l'avenir me réservait ? Avais-je été capturé ? Je n'en savais rien. La seule chose que je voyais c'était mes souvenirs, mes souvenirs qui semblaient s'effacer.



La suite au prochain poste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teach R. Findlear

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 12/11/2012
Age : 22

Feuille de personnage
Magie: Arc Perdu de la Lumière
Âge: 22 ans
Techniques:

MessageSujet: Re: Light guide my way    Lun 12 Nov - 19:12




Chapitre II - Edoras


I - Shin sekai

Mes yeux s'étaient ré-ouvert petit à petit, sous un mal de tête atroce. Me redressant en vacillant, ma vision était trouble, je passais ma main sur mon front, sentant une étrange substance liquide chaude. Du sang ? Je saignais ? Je me sentais si épuisé. Je ne savais même pas où je me trouvais, le lieu était plein de végétations diverses et inconnues... Mais pour tout vous dire, tout m'était inconnu, même mon identité. Quel étrange sentiment cela procurait. Cet étrange sentiment de vide, comme si tous mes souvenirs s'étaient envolés. Plus j'essayais de réfléchir ou de me rappeler mon identité, plus le mal de tête s'intensifiait. Finalement j'avais bien tout oublié. Enfin je ne ressentais pas l'impression de l'oublie, mais un grand vide, ce qui me mettait encore plus mal à l'aise. Je marchais dans ce lieu plus qu'étrange, en me retenant aux diverses plantes sur mon chemin pour ne pas tomber. Je ne manquais pas de tomber de nombreuse fois. Mon corps faiblissait à chaque pas, je devais maintenir mon oeil droit fermé à cause du sang coulant sur le côté droit de mon visage. Me retenant à ce qui ressemblait à une espèce de gros champignon, je toussais d'une telle ampleur que j'avais l'impression que mes poumons allaient quitter mon corps. Ma vision était trouble, mais je pouvais facilement voir la silhouette d'une personne se diriger dans ma direction, mais je n'avais pas assez de force pour me déplacer, j'arrivais déjà à peine à me maintenir debout à l'aide de ce champignon. La silhouette se faisait de plus en plus claire, il s'agissait d'un homme assez grand. Le reste je n'arrivais pas à le discerner, mon corps s'était mis à réagir tout seul, sûrement par instinct. Ma voix tremblante résonnait encore dans mes oreilles.

« - Hikari no maho …. Ma… Ma magie ? Elle a disp... Commençais-je avant de tomber »

Ma magie ne fonctionnait plus ? Depuis quand étais-je un mage ? Mon corps avait agi de lui-même. Impossible de me souvenir de quoi que ce soit. Cette perte de mémoire était une vraie plaie. Je pouvais encore voir cet homme courir dans ma direction en criant. Après cette image d'homme courant, ce fut le noir complet. J'avais fait un étrange rêve, cet étrange rêve qui pourtant semblait si réel... Je ne savais pas quoi penser, à vraie dire j'étais plongé dans ce noir profond qui me retenait et dont je n'arrivais pas à me défaire. Mes yeux s'étaient ouverts subitement et mon corps humide s'était redressé en sursaut. Un cauchemar ? Je n'en savais rien. Mais à mon réveil j'avais cette étrange créature en face des yeux, elle ressemblait à un chat dans un costume de vache. Cette créature me fit sursauté lorsque de sa bouche venait de sortir un petit bruit effrayé : « kuppii ». Je m'étais reculé brusquement, collant mon dos contre le mur, fixant cette créature avec des yeux immenses. Qu'est-ce que c'était ? Je ne savais pas si je devais rigoler de sa tenue étrange ou au contraire être effrayé. Mon cœur battait à une vitesse inimaginable, tandis que cette étrange chose se relevait pour se remettre sur le lit et me regardait avant de rire. Quoi ? J'avais un épi ? Une main était venue s'abattre doucement sur la tête de la créature pour mettre une petite tape avant qu'une voix ne résonne.

« - Arrête de te moquer Lambo ! Laisse le tranquille s'il te plait et je te donnerais des bonbons.
- Mais... Mais il a une tête si drôle.. Dit l'étrange créature. Il a une tête de poisson pas frais.
- D.. Démon ! C'est... C'est quoi cette chose !? Dis-je en pointant du doigt la chose dans le costume de vache.
- Lambo-kun n'est pas un démon... Répondit l'étrange animal en pleurant comme un enfant.
- Allons, allons, ne pleure pas Lambo. Dit l'homme en blouse blanche en le prenant dans ses bras. Cet enfant, est un exceed, évite de l'appeler : chat, démon ou créature, ça risque de le faire pleurer. Je me présente je suis le Professeur Ambriose Linword. Quel est ton nom mon jeune garçon ?
- Je... Je l'ignore monsieur. Je ne sais ni mon identité, ni d'où je viens.
- Oh, un amnésique je vois. C'est étonnant cette ressemblance avec un dénommé Enma Findleard... Serais-tu originaire de... Non impossible ! Tu viendrais de l'autre monde ? Cela expliquerait ta ressemblance avec Findlear-kun.
- Lambo-kun veux des bonbons. »

Exceed ? C'est donc ça le nom de la race de cette chose étrange ? Portaient-ils tous des costumes en forme de vache ? Ou était-ce simplement cet « Exceed » qui était débile et enfantin ? Je pouvais facilement le voir, ce comportement d'enfant qu'il avait. Je ne savais pas pourquoi, mais j'avais cet étrange impression qu'il allait m'en faire voir de toutes les couleurs. Je me demandais de quoi pouvait parler ce Professeur. Enma Findlear ? L'autre monde ? Qu'avait-il but ou pris avant de parler ? Il n'avait pas l'air très net celui-là, mais il m'avait sauvé la vie, donc je lui étais redevable. Toutefois, avec cette histoire d'autre monde, il m'était encore plus de doute dans mon esprit. Déjà que j'ignorais mon identité, maintenant il me mettait une histoire de monde différent et de ressemblance avec un homme que je n'ai jamais rencontré. Il semblait réfléchir, enfin du moins c'était l'impression qu'il me donnait. Il faisait les cent pas dans la pièce en se tapotant légèrement le menton avec son doigt. L'exceed ne me quittait pas du regard. Quoi j'avais une tête si amusante que ça ? Ou alors il voulait me narguer avec sa sucette ? Le regardant, je lui tirais la langue en grimaçant comme un enfant... Bah quoi ? J'étais encore un peu un enfant, je n'avais que dix ans après tout. Après quoi je reportais mon attention sur l'homme en blouse blanche, qui continuait de faire les cent pas en tournant en rond ce qui commençait légèrement à m'énerver, surtout que je n'avais aucune réponse à mes questions.

« - Excuse-moi Dr. Ambriose, mais j'aimerais bien que vous m'expliquiez. Où je suis ? Pourquoi ma magie ne fonctionne-t-elle pas ? Et surtout c'est quoi cette histoire d'autre monde et de ressemblance avec une personne que je n'ai jamais vue.
- Ah oui. Dit-il en sursautant. Nous sommes sur Edoras, un monde parallèle à celui d'Earthland dont tu es originaire. Ta magie ne fonctionne pas, tout simplement parce que contrairement à Earthland, Edoras ne possède pas une ressource de magie inépuisable. Tu es sûrement arrivé ici grâce à l'Anima, je ne vois que cette raison de possible. Pour ta magie, je pourrais travailler sur quelque chose, mais cela me prendra du temps, beaucoup de temps. Mais de toute manière tu es coincé ici, il te faut donc une nouvelle identité. Dit-il en réfléchissant à nouveau. Lambo ! Va me chercher Enma, il doit être dans la grotte des cristaux.
- Lambo-san y va. Lambo-san est le meilleur. »

Les évènements me dépassaient complètement, mais cette personne voulait m'aider, ça je l'avais bien compris. L'étrange Vache venait de quitter la pièce en volant ? Sérieusement ? Depuis quand un chat déguisé en vache pouvait voler ? Et je croyais que la magie était inutilisable ici. Tout s'embrouillait dans ma tête. Mais je ne rêvais pas, ce chat volait et était doté de la parole. C'était trop d'un coup, avaient-ils oublié que j'avais perdu la mémoire ? Il ne fallait pas aller trop vite non plus. C'était trop d'un coup, avaient-ils oublié que j'avais perdu la mémoire ? Il ne fallait pas aller trop vite non plus. Ne pas me souvenir de mon passé était déjà troublant, je ne connaissais même pas mon âge, mais j'avais l'air plutôt jeune. Depuis le départ du « chat » un long et pesant silence s'était installé, le docteur était assit à son bureau et semblait analyser quelque chose qui ressemblait étrangement à du sang. Mon sang ? Je n'en savais trop rien, mais il était très étrangement concentré, enfin sûrement comme tout scientifique le serait non ? Je préférais donc rester ici à ma place, assit sur le lit, sans rien dire, sans rien faire. Pour je ne sais quelle raison je passais ma main sur mon front, pourquoi avais-je fait cela ? Je ne sais pas trop, la dernière fois que je l'avais fait du sang y était présent, cette fois-ci je pouvais sentir quelques choses qui faisaient le tour de ma tête. Un sourire était apparu sur mon visage, un sourire de satisfaction. Depuis jusqu'à ce que ma tête soit percutée par une touffe de cheveux noir frisés... Ce satané Exceed il voulait quoi à la fin ? Il cherchait la bagarre. D'un réflexe rapide je l'avais poussé avec ma main droite le faisant tomber du lit par la même occasion, ce qui avait suffi à le faire pleurer... Encore une fois. Cette fois-ci ses cris aigus s'étaient rapidement arrêtés, il venait de mettre une sucette dans sa bouche pour se consoler. Pourquoi avais-je l'impression que cette « chose » allait rapidement me pousser à bout de nerfs ? Je n'avais pas eu le temps d'y penser que le bruit d'une porte s'ouvrant attira mon attention. Relevant la tête vers la porte, ma stupéfaction fut telle que ma bouche s'était ouverte sans qu'un mot n'en sorte. Ce garçon qui venait d'entrer... Il me ressemblait comme deux goûtes d'eaux, comme s'il était mon sosie. Tout était identique, tout sauf la tenue. Il était habillé d'une manière assez classe je devais l'admettre. Un jean blanc, avec une chemise noire et une cravate blanche par-dessus lesquels il avait un petit pull en col V sans manche. Lorsque son regard se posa sur moi, il fut aussi surpris que moi et ne trouvait pas de mot. Le silence fut finalement brisé par l'homme en blouse.


« - Enma, voici ton TOI d'Earthland. Cependant... Il est amnésique et ne se souvient de rien. Je ne peux pas prendre le risque de se rendre en ville seul dans cet état-là. Je ne te demande pas de l'héberger, ni de t'occuper de lui... Je me chargerais de cela. Mais j'aurais besoin que tu le fasses passer pour ton frère jumeau... Il nous faut seulement un prénom.
- Ohoy ohoy ! Vieillard, doucement. Vous m'annoncez que le MOI de l'autre monde est arrivé ici, vous ne m'expliquez même pas comment et vous me demandez un service ? Tss toutefois, je ne peux pas ME laisser dans ce pétrin donc j'accepte. Dit-il sur un ton assez froid.
- Teach.... Dis-je un peu perdu... Findlear Teach.
- Je t'expliquerais tout cela plus tard Enma... Teach ? Si cela te convient alors ta nouvelle identité sera Teach Findlear, frère jumeau d'Enma Findlear. »

Après quoi tout s'était enchaîné rapidement. Je me retrouvais là en ville en compagnie de mon sosie, que dorénavant était mon frère jumeau. On avait mis au point une histoire plus ou moins croyable, comme quoi j'avais disparu étant petit et que j'étais soudainement réapparut au milieu de nulle part. Enfin c'était quelque chose dans ce style, à vraie dire je ne parlais pas trop, je préférais le laisser parler à ma place comme ça, on évitait les contradictions. Ce que nous faisons en ville ? Une petite visite, après tout il fallait bien que je m'habitue. On venait de s'arrêter devant un magasin où était mis en vitrine plusieurs vêtements. C'est vrai que mes vêtements troués actuel faisaient assez disons tâches. C'était étonnant de voir à quel point nous avions les mêmes goûts, cela en étant presque, que dis-je cela était troublant. On avait donc opté pour un jean simple avec un t-shirt blanc et une veste verte clair ainsi qu'une paire de chaussure noir. On était resté assez simple, après tout le vieil homme n'avait pas donné tellement d'argent que ça, mais je n'allais pas m'en plaindre.


II - Majikku no ritān

Cela faisait quelques jours maintenant que j'avais fait ma soudaine apparition dans ce monde étrange nommé Edoras. Bien qu'étrange, je m'y plaisais étrangement bien. Je n'avais pas de souvenir de mon enfance, mais au fond pourquoi m'embêter ? J'avais le temps de trouver des réponses. Enfin je disais ça, mais je voulais me souvenir. Mon « jumeau » venait assez souvent dans la petite maison de l'homme qui m'avait recueillit afin de parler avec moi ou même pour s'amuser, même si je passais le plus clair de mon temps à aider le docteur dans ces recherches. Je n'oublierais jamais cette promesse qu'il m'avait faite : « je te rendrais ta magie ». Je ne savais pas trop comment il allait s'y prendre, ni même s'il allait réussir, mais je voyais très bien qu'il y mettait tout son cœur, même l'exceed qui me mettait souvent hors de moi nous aidait. C'était un peu comme une famille enfaîte non ? Personnellement, je le voyais ainsi. Je ne me rendais que très peu en ville, je m'y rendais surtout lorsque mon « père adoptif » avait besoin de quelque chose, ou pour y faire des courses, mais je n'y restais jamais très longtemps. Cette ville, cette capitale, ne m'inspirais pas confiance, je préférais y rester à l'écart. Ne pensez pas que je passais ma journée à observer le professeur non, ce dernier voulait que je m'entraîne afin de ne pas perdre le niveau que j'avais acquis, il voulait même que je continue de m'améliorer. Mais la seule chose que je pouvais faire c'était m'améliorer au combat à main nues n'ayant pas ma magie. Il m'arrivait parfois de vouloir l'utiliser, mais cela ne faisait que me démoraliser sur le coup. Évidemment, tout n'était pas joyeux, il m'arrivait souvent de m'engueuler avec ce satané chaton-vache, mais d'après ce que m'avait raconté le vieil homme, Lambo avait été banni de son clan à cause de ses bêtises, d'un côté je comprenais sa famille, c'est vrai qu'il pouvait se montrer très... Embêtant, mais ne faisait-il pas parti des leurs ? L'abandonner comme ils l'avaient fait je trouvais cela ignoble.Il avait cette satanée habitude de m'appeler « Tête de crabe » et j'en ignorais la raison encore. Actuellement je me trouvais à l'extérieur en train de m'entraîner avec mon sosie. Nous étions en pleine action lorsque le bruit d'une porte se claquant avait attiré notre attention. D'un geste identique et synchroniser nous nous étions tournés vers la maison et le vieil homme sortait de celle-ci avec quelque chose dans sa main. Il s'approchait de moi avec un immense sourire, en me tendant l'espèce de bille qu'il avait.

« - Je pense avoir trouvé le moyen de te rendre ta magie. Essaye donc.
- D'accord, mais promettez-moi d'aller prendre une douche après s'il vous plait. Dis-je en prenant la bille avant de le mettre dans ma bouche pour l'avaler. »

Cette pilule devait donc me rendre ma magie ? Pourtant, je ne ressentais aucun changement dans mon corps. Mais le meilleur moyen de voir si cela fonctionnait c'était d'essayer non ? Je venais de prendre une posture simple, ma main droite tendu, je fermais mes yeux pour me concentrer. Techniquement à ce stade ma magie devrait déjà se concentrer, mais je ne se ressentais rien de tel, peut-être fallait-il un peu de temps, le temps que la bille rouge fasse son effet. J'attendais donc encore et encore, finalement après une dizaine de minute je rebaissais ma main en soupirant pour finalement ouvrir les yeux et faire un simple non de tête. Ces simples gestes avaient fait comprendre que ça n'avait pas marché, l'air déçu le scientifique était retourné dans l'espèce de cabane. La tête baisser, je m'étais finalement laissé tomber, qu'allais-je devenir sans ma magie ? J'avais cette étrange impression d'avoir toujours voulu être un mage et alors que j'avais réussi, je venais de perdre mes pouvoirs et ma mémoire. Bon nombre de mage serait tombé dans la démence ou l'alcool. Je sentais une main se poser sur mon épaule, relevant la tête pour regarder le visage de mon « jumeau » qui souriait pleinement, comme pour essayer de me réconforter. C'est vrai qu'il pouvait paraître froid et assez énervé, l'inverse de moi, mais je m'entendais étrangement bien avec lui. Après tout nous étions la même personne, mais au caractère inversé. Il me faisait signe de le suivre, ce que je fis sans réellement savoir où il m'emmenait. Après quelques minutes de marche nous étions arrivés dans un endroit encore plus reculé que la cabane du vieux, devant moi se dressait un arbre immense dans lequel se trouvait une maison. Sérieusement ? Qui vivait dedans ? Mon ami me fit de nouveau signe de le suivre, ce que je fis une nouvelle fois, il semblait m'emmener à l'intérieur de la maison, mais pour y faire quoi ? Continuant de le suivre le silence fut brisé par la voix de mon jumeau.

« - Drysfer-kun, c'est moi Enma ! J'ai emmené un ami à moi.
- Enma-kun ? Ça fait longtemps, vas-y entre. Pas de problème, fais-le entrer.
- Viens, Teach je vais te présenter un vieil ami. »

Je suivais donc Enma à l'intérieur. Et la surprise de son ami avait été aussi forte que la nôtre lorsqu'Enma et moi nous nous étions rencontré. Difficile de dire qui était qui, sauf peut-être à moins de réussir à discerner grâce aux vêtements. Enfin, le fameux Drysfer, ne savait plus trop où donner de la tête. Nous venions de dire simultanément nos prénoms, ce qui avait encore plus plongé le garçon aux cheveux bleus dans la confusion. Finalement après quelques instants de rire, Enma avait fait les explications et devant une bonne tasse de lait, il avait expliqué un peu, toute l'histoire.

« - Je vois, donc Teach n'est pas ton véritable prénom... Enfin si, mais... Ah je m'embrouille. Donc tu viens du monde de l'autre monde ? Je pensais que le vieux divaguait moi, mais la preuve que non, mais tu ne te souviens de rien. Ça doit être bien embêtant ça. Mais nous sommes jeunes, tu auras le temps de retrouver ta mémoire, en tout cas je l'espère pour toi.
- C'est gentil Drysfer-kun. »

Si j'avais bien compris à ce que racontaient Enma et Drysfer, ils étaient des amis d'enfance et des rivaux. Avais-je un ami d'enfance et un rival moi aussi ? Portait-il le même nom que Drysfer ? Tout cela me rendait dingue, je ne savais plus trop quoi penser. Mais il avait raison, j'étais jeune j'avais le temps et tout ce que je voulais maintenant, c'était de profiter de cet instant de joie.

(4 ans plus tard, Teach est âgé de 14 ans)

Quatre ans se sont écoulés depuis mon arrivée sur Edoras. Durant ces quatre ans je m'étais entraîné physiquement et mentalement, j'avais rencontré diverse personne comme Drysfer ou mon jumeau Enma. Quatre ans, qui furent long sans magie, quatre ans durant lesquels, toutes les tentatives du professeur avaient échouées. Ce jour ressemblait à un jour comme les autres, je m'entraînais seul dehors, sous le regard moqueur de cet emmerdeur d'Exceed, que je portais malgré tout dans mon coeur même s'il ne cessait de se moquer de moi et que j'avais souvent envie de l'envoyer sauvagement sur le sol. Alors qu'est-ce jour vient apporter à mon histoire ? Bien qu'il ressemblait à un jour des plus banal, il allait se dérouler quelque chose à laquelle je ne croyais plus. Les cris du professeur me surprenaient et me firent tourner la tête vers la cabane. De laquelle il sortit en courant pour m'apporter une bille rouge. Il avait donc encore essayé ? Il ne s'était pas arrêté pendant ces quatre ans. J'étais un peu hésitant après tout je ne croyais plus trop au retour de ma magie, mais au final je voulais lui faire plaisir, j'avais donc pris cette petite boule entre deux doigts avant de la placer sur ma langue et de l'avaler. Contrairement aux autres que j'avais prises, je ressentais cet étrange impression, comme si un pouvoir immense s'était mis à couler dans mon corps. Prenant une posture je fermais les yeux pour me concentrer avant de lancer à voix haute.

« - Hikari no maho ! Hikari hogo ! »

Après cette courte phrase, une espèce de barrière s'était érigée en face de moi. Ré-ouvrant les yeux, je fus si surpris et à la fois tellement ému, que mes larmes coulaient toute seule. Ce vieux fou avait donc finalement réussit. Les larmes n'arrêtaient pas de couler, tandis que je me laissais tomber à genoux sur le sol continuant de pleurer en fixant mes mains d'où je faisais émaner une lueur jaunâtre. Je n'arrivais même pas à parler, mais je savais que l'homme que je considérais comme mon père comprenait ce que je ressentais. J'avais tellement envie de le remercier, mais je n'arrivais pas à dire un seul mot. Pour une fois la stupide vache, ne disait rien, elle se contentait de regarder la scène depuis l'épaule du docteur. J'avais pleuré ainsi durant deux bonnes heures, autant dire que j'avais pleuré toutes les larmes de mon corps. Ce ne fut qu'une fois finit, que je m'étais relevé pour regarder le scientifique, j'avais bien envie de le prendre dans mes bras, mais non j'avais déjà pleuré comme un enfant, je n'allais pas non plus lui sauter dessus. Mon sourire s'était décomposé lorsque le vieil homme me demanda de me rendre en ville pour rencontrer un informateur. Pour quels raisons ? Je l'ignorais. Mais je n'allais pas bronché, après tout je lui devais un peu tout, donc je pouvais bien faire ça. Je m'étais dirigé en ville après m'être lavé et habillé. Je ne savais en rien à quoi ressemblait l'informateur, ni pourquoi je devais aller le rencontrer. Je me trouvais donc en ville, sur le toit d'un immeuble, comme me l'avais demandé mon « père ». Fixant la ville depuis le toit, je semblais perdu.

« - Gi hihi, vous devez être Teach n'est-ce pas ? Dit une voix masculine me tirant de mes pensées.
- O.. Oui c'est bien moi. À qui ai-je l'honneur ? Demandais-je.
- Pardonnez-moi j'en ai oublié de me présenter. Je suis Gajeel, l'Informateur. Enfin vous devez, vous demander pourquoi le Dr.Ambriose vous a envoyé ici n'est-ce pas ? Je répondis que d'un signe de tête. Je vais vous expliquer. Ce jour-là avait été prévu, avec ou sans le retour de votre magie. À partir d'aujourd'hui nous allons travailler en équipe, je vous donnerais les informations nécessaires et vous serez le représentant. »

C'est ainsi que je m'étais retrouvé à travailler pour le compte du Dr.Ambriose, pas en tant que scientifique non. Mais plutôt en tant que soldat. Comme me l'avais expliqué Gajeel dans la suite, le professeur avait souvent besoin de ressources rares qui sont souvent gardés par des bandits. Donc en plus de débarrasser la ville de ces voleurs, je devais récupérer le matériel nécessaire pour le Professeur. De plus je devais aussi rendre le butin volé aux habitants. C'était quoi cette histoire ? Ils voulaient me faire devenir un Héros ? Bien que cette histoire ne m'emballait pas tellement, je ne pouvais pas refuser, si cela pouvait aider Ambriose, alors je le ferais, même si je devais jouer le rôle du Héros.


III - The White Rider

« - The... The White Rider ! Qu'est-ce qu'il fait ici Boss ?
- Je n'en sais rien moi ! Ne le laissez en aucun cas s'emparer des objets ! J'ai entendu des rumeurs à propos de lui, il est surnommé le White Rider, il est vu comme un Héros aux yeux des habitants... C'est celui qui combat les voleurs pour reprendre les biens volées ! Mais nous sommes bien trop nom....
- Trop nombreux ? C'est ainsi que tu voulais terminer. Dis-je en lâchant un voleur sur le sol avant de claquer le fouet en le détendant dans mes mains.
- E...Effrayant ! Mais... TU N'ES PAS HUMAINS ! »

Ce fut sa dernière phrase, avant de finir allonger sur le sol couvert de blessure. Il n'était pas en danger, mais il était inconscient. Je me tenais debout, au milieu des bandits étendus sur le sol. Cela faisait sept ans que ce genre de choses se répétait. Dans un monde où la magie est rare, j'étais craint. J'étais le seul avec les Exceed à pouvoir utiliser la magie sans arme. Ce qui faisait de moi un ennemi du Roi, qui voulait conserver toute la magie pour lui. En sept ans j'avais appris pas mal de choses sur Edoras et pas mal de choses avait changé aussi en douze ans, douze ans s'étaient écoulés depuis mon arrivée sur Edoras. Dans un soupire long d'ennui, je faisais voler les sacs des bandits grâce à la lumière, sans oublier de prendre ce que m'avait demandé le professeur : une queue de lézard. Sérieusement ? Il m'avait envoyé ici pour une simple queue de lézard. Enfin je devais admettre qu'à Edoras ce genre de choses était rare. Il ne me restait plus qu'à me rendre en ville pour rendre les biens. Avec un peu de chance j'allais encore éviter l'armée du roi, avec un peu de chance j'avais dit. Mais ce jour-là la chance ne voulait pas se montrer, à peine arriver en ville je fus encerclé par des soldats. Pourtant, je ne faisais rien de mal n'est-ce pas ? Mais dans ce pays l'utilisation de la magie a été bannie par le roi. Plusieurs choix s'offraient à moi : frapper ces soldats et partir ensuite, m'échapper par les airs sans les frapper ou me laisser capturer. La dernière option était à bannir, jamais je ne me laisserais capturer, qui sait quel drôle d'expérience ils vont essayer sur moi. Alors que je m'apprêtais à utiliser la magie, un bruit sourd résonnai dans toute la ville avant qu'un amas de poussière ne s'élève dans les airs un peu plus loin du lieu où je me trouvais. Les gardes semblaient occupés, c'était ma chance de m'échapper. Laissant les sacs sur le sol, je m'étais envolé dans les airs grâce à des ailes de lumière. Survolant discrètement la ville pour voir ce qui se passait, j'avais eu vent de rumeur sur l'arrivée d'étrange mage venu de l'autre monde. Ce qui était étrange c'était que tout comme moi, certains arrivaient à utiliser la magie. Le vieux fou les aurait-il aidés ? Comment ? Non ça ne venait pas de lui, il ne quittait que rarement sa cabane. Mais je me rappelais qu'un étrange personnage complètement caché par ces vêtements lui avait rendu visite il y a quelques années. Serait-ce donc cet individu qui les avait aidés ? Je soupirais longuement avant de prendre le chemin de la cabane. Après tout, cette histoire ne me regardait pas. Poussant la porte en bois, la voix de mon « père » résonnait dans ma tête.

« - Tu as rapporté ce que je t'ai demandé ?
- Oui, oui, pas besoin de crier, Vieux fou ! Dis-je en envoyant le petit contenant la queue sur le bureau. Qu'est-ce qui se passe dehors ?
- Oh ! La queue du célèbre Lézard à tâche ! Dit-il en ouvrant le sac les yeux en étoiles. Hmm... Apparemment des mages venus d'Earthland serait en train de semer le chaos. Mais c'est impossible qu'il soit venus d'eux-mêmes et depuis l'arrivée de ces mages il y a un étrange et immense cristal flottant...Enfin cette histoire ne nous regarde pas Teach, laisse ces mages réglés leur problème. »

Ils étaient arrivés sur Edora grâce à l'Anima ? Depuis un certain moment maintenant d'étrange phénomène s'était produit. Pourquoi le roi avait-il activé Anima ? Que voulaient ces mages ? Arg, pourquoi je me posais autant de questions, tout ce que j'avais à faire c'était de m'allonger et de me coucher, même si la lumière du jour tapait encore. J'avais traqué ces brigands, toute la nuit j'avais besoin de me reposer. Plusieurs jours s'étaient écoulés, la situation à l'extérieur était devenue encore pire, j'avais donc décidé de faire une pause dans mes agissements. Le Professeur et Lambo s'étaient absenté pour aller cueillir des plantes pour les recherches et potions du vieux. La porte s'était ouverte brusquement et à en voir le visage de mon « père » la situation c'était aggravé. Lambo bien qu'énervant semblait aussi apeuré et triste ce qui était rare, lui étant toujours de bonne humeur à se moquer des autres. Les regardant d'un air curieux, le vieux avait enfin décidé de parler.

« - La situation est encore pire, que ce que j'avais pu imaginer. Le Roi est devenu complètement fou. Il avait prévu de faire s'écraser le cristal sur Extalia, pour produire une magie inépuisable. Mais les mages aidés des Exceed ont réussi à éviter cet incident. Mais... Regarde par toi même dehors.
- Toute la famille de...de...de Lambo-san. Lambo-san a peur Tête de Crabe ! »

S'ils n'avaient pas semblé si inquiets j'aurais sûrement frappé cette saleté de Vache volante. Mais cette histoire m'inquiétait, que pouvait-il se passer dehors ? Qu'est-ce que le Roi avait manigancé ? J'étais donc sorti en trombe, avant de m'arrêter subitement devant cette horreur. Des Exceed... Des Exceed tombaient du ciel sous forme de lacrima. Qu'est-ce que c'était se bordel !? Je ne comprenais rien, mais cela ne laissait rien présagé de bon. Posant mon regard devant moi, trois soldats du roi étaient présents avec des sortes de canon étrange. À la vision de ces canons Lambo s'était directement caché derrière moi. Ils me faisaient signe de me pousser et de me livrer l'Exceed du professeur. Même si cette stupide vache me poussait à bout, je ne l'abandonnerais jamais. J'étais donc resté devant sans bouger tandis qu'ils s'apprêtaient à tirer. Des jets de couleur bleue clair étaient sortis de leur pistolet-canon, pour se diriger vers moi. Dressant un bouclier de lumière, leur tir n'avait pas atteint leur cible, mais je ne pouvais pas m'arrêter là, usant une nouvelle fois de ma magie pour les arrêter en les assommant, mon visage semblait de plus en plus reflété mon inquiétude. C'était quoi ces choses jaunâtres qui quittait le sol d'Edoras, pourquoi les rivières flottante tombaient ? Pourquoi les îles flottantes tombaient ? Le monde était-il en train de se vider de sa magie ? Qu'allais-je devenir ? Après tout je n'étais pas originaire de ce monde et mon corps possédait de la magie. Mon corps allait-il se vider de sa magie tout comme ce monde ? Qu'allait-il advenir de Lambo ? Sans même m'en rendre compte, je m'étais retourné pour le prendre dans mes bras. Le professeur bien qu'inquiet semblait calme. Il était retourné à l'intérieur pour prendre mon fouet qu'il avait créé lui-même et un sac dans lequel il avait mis plusieurs choses. Après quoi il était ressortit en me tendant le tout.

« - Écoute-moi Teach ! Bientôt Lambo et toi allait être inspiré par l'Anima. J'ignore qui, même si j'ai ma petite idée, mais quelqu'un à inversé l'Anima, toute la magie d'Edoras se dirige actuellement vers Earthland, ton monde natal. Ton corps ainsi que celui de Lamb' contiennent de la magie vous allez donc être aspiré par l'Anima. Prenant une pause, je le coupais dans sa parole.
- Non je refuse ! Dis-je alors que mon corps et celui de Lambo s'étaient à dégager une lueur jaune avant qu'on s'élève dans les airs.
- Tu ne peux pas y faire grand-chose Teach. Je serais me débrouiller sans vous ne t'inquiète pas. Promets-moi, promets-moi de veiller sur Lambo et de rester en vie. Vous êtes ma seule famille... Prenez soin de vous. Finit-il en pleurant.
- C'est justement parce que nous sommes ta seule famille que je refuse de partir !
- Lambo-san a peur Tête de Calamar (Calamar = Ambriose). Lambo-san ne veut pas partir. Lambo-san veut rester et s'amuser avec Calamar et Crabe. Lambo-san vous... pleure...vous...pleure.... Aimes
- Vous n'avez pas le choix. Soyez fort mes enfants. Dit-il avant d'envoyer le sac et le fouet dans ma direction. »

Se fut la dernière discussion que nous avions eut avant que Lambo et moi disparaissions de ce monde. Pourquoi avait-il fallut que cela m'arrive à moi ? Qu'allais-je devenir une fois sur Earthland ? Je ne connaissais rien de ce monde. J'avais attrapé le sac et le fouet tout en serrant Lambo contre moi. Laissant mes larmes couler je ne faisais qu'un signe de main en guise d'adieu. Après tout, nous nous reverrons plus. Je n'avais pas réellement accepté notre sort, mais je ne pouvais rien faire contre. Avant de disparaitre totalement j'avais laissé ces quelques mots quitter ma bouche.

« - Je te le promets, je prendrais soin de Lambo ! Je resterais en vie quoi qu'il arrive ! Je t'en supplie Chichi (père) prends soin de toi ! Je t'aime »

C'était la première fois en douze ans que j'appelais ainsi et que j'exprimais mes sentiments envers lui, mon visage était illuminé par un sourire, pourtant je continuais de pleurer puis finalement nous avions disparus. La seule chose qui me restait en tête s'était l'image du professeur en entendant mes mots.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erza Scarlet

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 26/09/2012
Age : 21
Localisation : À la guilde.

Feuille de personnage
Magie: Ré-équipement
Âge: 19 ans
Techniques:

MessageSujet: Re: Light guide my way    Lun 12 Nov - 19:59

Bienvenue sur le forum Teach !

Bel avatar ! Et.....je suis en admiration devant ton histoire ! *^*

J'adore ton personnage ! Wink Vraiment belle fiche !

Si tu as besoin d'aide n'hésite pas a MP le staff, comme d'hab Very Happy .

Bonne continuation sur le forum !


PS : Je suis fan de Lambo ! 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Light guide my way    Lun 12 Nov - 20:28

Bienvenue Teach 8D
Voilà une fiche bien détaillé et ça fait plaisir de voir un OC qui est super bien travaillé! Pour moi c'est validé... fin... une fois que tu trouveras ta catégorie. Par contre, j'ai remarqué que sur l'histoire t'utilisais tes anciens noms mais c'est pas grave, c'était avant que tu me connaisses et que je te montre ma passion pour un Chevalier d'Or d'Athéna âgé de 15 ans XD

Pour finir, j'espère que tu te plairas sur ce forum x)
Revenir en haut Aller en bas
Teach R. Findlear

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 12/11/2012
Age : 22

Feuille de personnage
Magie: Arc Perdu de la Lumière
Âge: 22 ans
Techniques:

MessageSujet: Re: Light guide my way    Lun 12 Nov - 20:40




Test Rp pour le rang S

Explication : Ce test Rp a été utilisé sur un autre forum, il est la suite de l'histoire en quelque sorte. Dans ce test le Conseil ainsi que Ultear et Meldy de Crime Sorcier sont présent. Ce test avait pour but on adhésion à Crime Sorcier et la mise en place de mon rôle d'agent double (ce qui ne sera évidement pas le cas ici)

___________________________________________________

Assis sur le sol, le regard plongé sur le sol et vide d'âme, des perles salées tombaient de mes yeux en passant par mes joues pour s'écraser sur l'herbe. Un silence régnait dans ce lieu qui m'était inconnu et désert. Enfin silence, était un bien grand mot, il y avait bien un bruit résonnant, les hurlements de l'Exceed. Il m'était déjà dur de me faire à l'idée que je n'allais plus revoir ce vieil homme, alors essayer de vous mettre à la place de ce chat-vache qui a passé la quasi-totalité de son enfance avec le Dr. Ambriose. Après tout c'était lui qui l'avait pris sous son aile lorsque le peuple de Lambo l'ont banni à cause de ces enfantillages incessants. Je ne pouvais rien faire à part regarder cet être brailler comme jamais je l'avais vu. Je pleurais aussi, mais aucun son ne sortait de ma fine bouche fermée. Je resserrais mon étreinte, pour qu'il se sente en sécurité, pour lui montrer que je ne laisserais pas tomber, il était à présent ma seule famille et mon seul ami comment pourrais-je me résoudre à l'abandonner comme un vulgaire morceau de pain que l'on jette à la poubelle ? C'est une chose à laquelle je ne pourrais jamais réaliser, j'avais déjà bien trop perdu et lui davantage, l'abandonner me ferait passer pour un monstre cruel et sans-cœur. Je continuais de fixer le sol, effectuant un mouvement d'avant en arrière, comme lorsqu'on se balance sur une chaise. Je faisais ces gestes afin de bercer mon compagnon, je me sentais terriblement mal. Je n'avais pas ressenti cette douleur à l'intérieur de moi depuis ma perte de mémoire. D'ailleurs, ce monde dans lequel je me trouvais actuellement, était mon monde natal ? À cette idée je grimaçais, je n'avais aucun souvenir de ce monde, comment pourrait-il être ma terre natal ? Non, je refusais catégoriquement cela, mon monde natal était et demeura Edoras. Mon père sera toujours cet homme qui m'avait recueillit pendant douze ans, le Dr. Ambriose. Mes mouvements de berceuse avaient réussi à calmer un peu les cris incessants de mon pauvre camarade, le voir dans cet état, me faisait encore plus de mal à l'intérieur. Je l'avais vu de nombreuse fois pleurer, souvent à cause de moi d'ailleurs, mais cette fois-ci c'était totalement différent, il ne s'agissait pas d'une chute ou d'un petit coup, il s'agissait d'un adieu à l'homme qu'il considérait comme son père, tout comme moi. Bien qu’il soit jeune, insouciant et je devais l’admettre pas très futé, il comprenait parfaitement qu’il n’allait plus jamais revoir son père. Cela était déjà dur pour moi de l’admettre, je ne pouvais pas imaginer à quel point cela pouvait être dur pour loin. Mais c’était surement bien plus dur que moi. Moi je pouvais me débrouiller seul, même si j’allais ressentir ce vide dans mon cœur, j’étais devenu un jeune homme capable de suivre son propre chemin, mais lui… Il était si faible et si petit, de plus il était tout aussi perdu que moi dans ce monde. Je remontais mes genoux vers mon corps en le gardant dans mes bras avant de pencher ma tête en avant vers mes genoux, formant ainsi comme une sorte de cocon. J'espérais qu'ainsi il se sente en sécurité. Ces grands yeux humides fixaient mon visage souriant. Pourquoi souriais-je ? Je ne savais pas vraiment, cela c'était fait naturellement, mais sûrement dans le but de montrer à Lambo qu'il fallait être fort et continuer de vivre, même si au fond je n'avais qu'une envie, éclater en sanglot comme lui. Toutefois, il s'était un peu calmé, les larmes continuaient de couler, mais cela était tout à fait normal, même moi, sourire aux lèvres mes larmes coulaient encore, mais ces cris c'étaient estompé. Pour combien de temps, ça je l'ignorais, mais j'attendrais le temps qu'il faudrait. En réponse à mon sourire, il avait souri lui aussi avant de coller sa tête chevelus contre mon torse et de s'endormir. Un calme des plus intense c'était installé, nous étions pourtant en plein milieu d'une forêt, mais il n'y avait aucun bruit d'oiseau, ni d'autres animaux. Le silence se brisait peu à peu par les ronflements de mon Exceed, il devait être épuisé, après tout il avait pleuré pendant un bon moment. Je me relevais en m'aidant de ma main gauche, en essayant de ne pas trop bouger pour ne pas réveiller mon compagnon. J'avais commencé à marcher doucement, en regardant où je mettais les pieds pour ne pas marcher sur une branche ou autre objet pouvant faire du bruit. Il était si paisible, d'un côté je l'enviais, j'aurais bien aimé avoir quelqu'un pour me bercer et me faire sentir en sécurité, mais maintenant j'étais grand, c'était à moi de faire ressentir ce genre de choses aux autres. Grand ? Je ne savais même pas mon âge. La seule chose que je savais concernant mon âge c'était que je devais avoir la vingtaine, je n'avais jamais demandé l'âge de mon jumeau à Edoras, je ne voulais pas les embêter avec ça. Je caressais doucement l'énorme perruque de Lambo avant de reposer mon regard sur le chemin.

Je me sentais seul, abandonné et perdu. Je n’étais pas seul, c’est vraie, mon compagnon Lambo était là, enfin il était là sans être là, il dormait. Abandonné, était peut-être trop fort, après tout mon « père » ne m’avait pas abandonné, mais on avait été forcé de se séparer. Perdu, ça par contre c’était sûr, je ne savais même pas où je m’étais les pieds, enfin je savais que je marchais dans une forêt perdu au milieu de nulle part, mais à part ça, rien. Il n’y avait aucune forme de vie ici, enfin je n’en avais croisé aucune jusqu’à maintenant. Seul le vent s’abattant sur les arbres provoquant un sifflement était audible. Pas un oiseau, pas un seul bruit provenant d’un être vivant. C’était comme si la vie avait quitté ce lieu, était-il maudit ? Il ne manquerait plus que ça tiens. Que je me retrouve dans un lieu maudit. Je continuais ma route avec ce regard toujours vide et perdu, j’aimerais bien tombé sur une personne, ou sur un village, que je puisse au moins demander mon chemin. Perdu dans cette pensée, je me trouvais nez à nez avec une étrange personne. Son corps et son visage était impossible à voir, camouflé sous un grand manteau noir, il n’avait pas l’air très amical, mais je n’allais pas me fier à cette apparence. Et puis qui ne tente rien n’a rien, je n’avais pas envie de rester dans cette forêt toute ma vie. L’idée de me convertir en homme de la jungle ne me tentait pas trop, surtout dans cette espace vert désert. J’avais d’ailleurs était surpris en me retrouvant devant cette personne. Il ne m'inspirait pas confiance, mais j'avais pris mon courage à demain, en tapotant légèrement sur l'épaule de la personne pour la faire se retourner vers moi. Je fixais cette personne avec mon regard perdu en me tenant sur mes gardes près à courir au cas où. Je ne pouvais pas combattre avec Lambo dans mes bras, surtout qu'il dormait. Donc si le danger se faisait sentir je n'aurais qu'à courir jusqu'à trouver un endroit sûr où le déposer et là je pourrais combattre. Mais je me faisais peut-être des illusions, peut-être que cette personne camouflée par son manteau noir était sympathique. Resserrant l'étreinte de mon bras droit, je collais davantage mon exceed contre mon torse avant de finalement parler.

« - Excusez-moi, je suis perdu est-ce que vous pourriez m'aider ? S'il vous....
- Attends une seconde. Tu ne serais pas ce petit garnement qui nous a échappé il y a douze ans et qu'on croyait mort ? Mais si tu es, ce petit merdeux utilisateur de la magie de lumière. La chance est de mon côté dis donc, moi qui pensais que le Boss m'avait envoyé ici pour me punir, il va être content lorsque je vais te ramener ! Avait-il dit en me coupant la parole.
- Vous devez faire erreur Mons...
- Non il n'y a pas d'erreur possible. Tu as bien grandit dis donc et c'est quoi cette chose dans tes bras ? Une peluche ? Comme c'est mignon. Bon aller bouge tes fesses je n'ai pas toute la journée. Reprit-il en essayant de m'attraper par le bras. »

J'avais repoussé son bras d'un geste de ma main, avant de me mettre à courir. Je n'avais aucune idée de ce qu'il me voulait, ni de ce qu'il racontait d'ailleurs, mais en tout cas il ne me voulait rien de bien. Je pouvais bien utiliser des sorts à une main, mais je ne voulais pas réveiller mon équipier. Toutefois, je ne pouvais pas laisser ce mage me rattraper. Mes jambes dégagèrent une étrange lueur jaunâtre et étrangement mes mouvements avaient atteint une vitesse supérieure. Maintenant que j'avais pris de l'avance, je pourrais lancer un sort ne faisant pas trop de bruit, ou du moins essayer. Je m'étais retourné en plein saut, pour me retrouver face dans la direction de l'étrange individu, utilisant ma vitesse comme atout, je me retrouvais devant lui rapidement en envoyant mon genou au niveau de son ventre le faisant ainsi reculer avant de tendre ma main de libre, pour créer une chaine de lumière attrapant l'homme vêtu de noir en vol. J'avais utilisé la chaine afin d'envoyer violemment l'homme contre un arbre puis finalement contre le sol avant de reprendre la route. Le choc du mage contre les différents éléments avaient fait du bruit, mais cela n'avait pas réveillé mon cher ami qui dormait toujours paisiblement dans mes bras. Je souriais à cette vision, je m'étais inquiété pour rien apparemment. Mais je ne voulais pas qu'il se réveille, il était mieux ainsi dans le monde des rêves, il était paisible. Évidemment il allait se réveiller à un moment ou un autre, mais pour l'instant ce n'était pas le cas, je préférais qu'il se réveille de lui-même plutôt qu'il se réveille à cause du bruit ou autre gêne. Mais un autre détail me torturait l'esprit, ce mage n'était sûrement pas mort loin de là, après tout je n'avais pas voulu le tuer, mais était-il venu seul ? J'en doutais beaucoup, mais j'espérais que je ne tomberais pas sur les autres et je prierais intérieurement pour que je ne tombe pas sur les autres, ou que l'autre ne reparte à ma recherche avec des renforts. Je venais d'annuler mon sort de vitesse pour retrouver une vitesse normale toutefois, je continuais de courir au cas où. On n’est jamais trop prudent. Je pouvais réfléchir aux paroles de cette étrange personne. Comment pouvait-il connaître ma magie ? Je ne me rappelais pas l'avoir rencontré avant. L'avais-je rencontré avant ma perte de mémoire ? Après tout il a bien parlé d'il y a douze ans et c'était il y a douze ans que j'étais arrivé sur Edoras le front en sang. Tout cela me rendait dingue, ma tête me faisait mal, à un tel point que je m'étais arrêté pour m'adosser à un arbre en appuyer avec ma main de libre sur mon front en grimaçant. Je ne pouvais pas crier de peu de réveiller Lambo, mais aussi pour ne pas que l'autre me repère, qui sait combien de temps il allait rester sur le sol, il était même peut-être déjà debout à ma recherche. J'avais oublié que lorsque j'essayais de me rappeler, de mes souvenirs, ma tête me faisait mal. Je ne pouvais apparemment pas me reposer deux minutes, j'avais perdu du temps adossé contre le tronc d'arbre, à tel point que des bruits de pas et de voix me ramenaient à la raison. Il s'était déjà remis sur pied et il était venu avec des renforts. Avec mon ami dans mes bras je ne pouvais pas faire grand-chose, je n'avais pas d'autre choix que de reprendre ma course avec ce mal de tête, il allait bien finir par s'estomper après tout. Mais courir avec un tel mal de tête était assez dur, je trébuchais de nombreuse fois. Les yeux de mon ami venaient de s'ouvrir petit à petit pour me regarder, le visage rouge et transpirant.

« - Tu es tout bizarre Crabe, ça va aller ? Lambo-san trouve que tu ressemble de plus en plus à un crabe.
- Tu es réveillé. Ne t’en fais pas ce n’est rien. Répondis-je avec un sourire »

Évidemment que j'avais menti, je n'allais pas lui dire que j'étais pourchassé par d'étrange personne et que je me sentais affaiblis à cause de mon mal de tête. Il serait plus effrayé qu'autre chose, je préférais le tenir dans le mensonge et dans la tranquillité. Même si tôt ou tard il allait se rendre compte que tout ne se passait pas aussi bien que je l'avais dit. Au loin je pouvais apercevoir une sorte de campement avec des drapeaux, sur lesquels étaient visibles : Conseil Magique. Était-ce, des personnes comme ceux qui me poursuivaient ? Où était-ce les « gentils » de ce monde ? Je n'en savais trop rien, mais c'était ma seule chance. Je continuais de courir en direction de ce campement, avant de finalement sauter et atterrir au centre de ce dernier en vacillant un peu. Tout le monde c'était retourné vers moi me pointant avec d'étranges armes. Sûrement des armes magiques. J'essayais de rassurer Lambo autant que possible en souriant, mais se faire pointer par des armes, n'étaient pas rassurant, même avec une personne qui vous souri. Qui serait rassuré dans cette situation ? Même moi je ne l'étais pas. Une personne qui semblait plus haut gradé, s'approchait de moi, en se créant un passage au milieu des soldats. Alors que mon Exceed répétait sans cesse qu'il était effrayé, avec de la morve coulant de son nez, l'homme s'était pris la peine d'ouvrir la bouche pour parler.

« - Qui êtes-vous ? Qui vous a autorisé à pénétrer dans ce camp.
- Je suis... vacillant un peu.. Un homme égaré poursuivit par d'étranges personnes vêtues de noir. Terminais-je pendant que mon corps se penchait en avant, me rattrapant avec ma jambe droite je repris. Qui que vous soyez, aidez-nous. Nous ne sommes pas originaires de ce monde.
- Des personnes vêtues de noir ? Des mages noirs !? Soldats ! Préparez-vous. On s'occupera de vous, plus tard, n'essayez pas de vous enfuir. »

M'enfuir ? Comment le pourrais-je ? Je n'étais pas venu risquer ma vie dans ce camp pour ensuite m'enfuir et les avoir à mes trousses. J'avais déjà ces personnes qu'il appelait Mage Noir à ma poursuite, je ne voulais pas non plus avoir ces personnes appelées « Conseil Magique », c'était un drôle de nom d'ailleurs. Était-ce le nom d'une guilde ? Peut-être. Cependant, je ne pouvais pas non plus les laisser s'occuper de tout. J'avais donc déposé mon « frère » sur le sol avant d'ouvrir le sac. Le professeur avait réussi à mettre au point une sorte de médicament calmant la douleur de ma tête, mais en avait-il mit dans le sac ? Oui ! Sortant l'un des tubes contenant des pullules violettes, j'en avais déposé une dans ma main avant de la mettre dans ma bouche et de l'avaler. Refermant le tube que je plaçais ensuite dans le sac, je m'étais redressé en disant à Lambo de rester ici près du sac, après quoi je m'étais dirigé vers les rangs de soldats, les poussant pour me frayer un chemin.

« Hoy, hoy, monsieur vous êtes malades, vous ne pouvez pas vous battre. Ce sont des mages. Retourner là-b...
- Des mages !? Je ne tolérerais pas que la magie soit utilisée pour le mal. Avais-je dit en lui coupant la parole.Effectuant d'étrange geste avec mes mains où seul mon index et mon majeur étaient relevés, j'ouvris à nouveau la bouche attendant que ces « Mages noirs » se rapprochent avant de prononcer sur un ton distinct et froid. Retourner dans vos ténèbres. Hikari no mahō ! Hōrīekusupurōjon ! »

À la prononciation de mes mots d'étranges billes jaunâtres s'étaient formées en face du campement sur une zone assez vaste. À mon dernier mot, ces mêmes billes avaient explosé créant une explosion jaunâtre d'une intensité ahurissante. Toutefois, ce mal de tête était persistant et utiliser ma magie dans cet état était risqué. Mon corps semblait danser de gauche à droite, d'avant en arrière. Je tombais en arrière, ayant perdu connaissance. Comment pouvaient-ils utilisé la magie pour faire le mal autour d'eux ? La magie était une bénédiction, un don qui nous avait été donné pour aider autrui, pas pour semer terreur et destruction. La dernière chose que j'avais vu c'était le visage des soldats choqués, après ce fut le noir total. Avais-je réussit à avoir tous les mages noirs ? Je n'en savais rien non plus. Mais ceux qui avaient pu échappé à mon sort n'allaient sûrement pas revenir de sitôt. Mes yeux clignaient légèrement avant qu'ils ne s'ouvrent totalement. Je n'avais plus la notion du temps je ne savais donc pas combien de temps j'avais dormi. Lambo se tenait à côté de moi avec le sac. Nous étions dans une sorte de tente, enfin dans un lieu fait de tissu, donc j'en avais conclu qu'il s'agissait d'une tente. Me redressant finalement, je me relevais petit à petit avant de sortir, devant l'entrée, deux gardes y étaient postés et un escadron entier de soldats s'approchait en direction de ma tente. Une voix féminine mais autoritaire résonnait dans mes oreilles

« - C'est lui le mage de Lumière ?
- O-oui Pinku-sama !
- Oh mais, poussez-vous bande de larve ! Reprit cette voix féminine avant qu'une femme fasse son apparition devant moi. Elle semblait avoir plus d'autorité que n'importe qui ici et semblait avoir une grande importance. Hey le morveux, comment tu t'appelles ?
- Teach Findlear. Éviter de prendre ce ton avec moi, vous ne m'êtes pas supérieur Vieille Larve.
- Je vais te.... Dit-elle en serrant le poing avant de respirer calmement. Tu ne manques pas de cran Teach. Ainsi donc c'est toi qui use de la magie de lumière ? C'est une magie bien rare que tu possèdes tu sais ? Peu de mage la maîtrise, à ma connaissance le seul l'ayant possédée fut Makarov. Cela m'étonne qu'un mioche dans ton genre maitrise une telle magie. Mais cela explique pourquoi les mages noirs te couraient ap..
- Minute la Larve ! Je n'ai aucun souvenir de mon passé dans ce monde, je ne sais même pas comment ces « Mages Noirs » connaissaient la nature de ma magie. Ils semblaient m'avoir déjà rencontré, mais je n'en ai aucun souvenir. Donc si vous voulez bien me laisser partir, j'ai de la route à faire merci. Lambo-kun on y va. Dis-je en commençant à marcher.
- Ne me force pas à te faire prisonnier mon petit ! J'ai été tolérante jusqu'à maintenant, mais je ne tolérerais plus aucun manque de respect. Je te demande de surveiller ton langage lorsque tu t'adresses à un membre du Conseil. Dit-elle en me barrant la route. Ainsi donc tu as perdu la mémoire, comme c'est fascinant. Mais tu parles comme si tu venais d'un autre monde. Rentrons dans la tente discuter un peu. »

Dans quel merdier je m'étais mis cette fois-ci ? Mais bon, si je refusais, qui sait ce qui allait se passer. Une chose était sûre c'est que j'allais sûrement le regretter si je refusais. J'avais donc accepté la proposition de cette Pinku et j'étais retourné dans la tente avec elle pour discuter. Je lui avais parlé du monde que je considère comme mon monde natal : Edoras et de ce qui s'était passé lorsque j'étais arrivé sur ce monde. En contrepartie, elle m'avait renseigné sur leur monde, m'expliquant qu'il était composé de plusieurs guildes légales et illégales. Que le conseil était les personnes jugeant et emprisonnant les mages. Mais tout ce concept restait très flou à mes yeux. J'avais compris qu'il y avait des mages bons et des mages mauvais et qu'entre eux il y avait les mages neutres. Mais à part cela le reste était flou. Après tout cela était normal, l'explication avait été brève et je n'allais pas tout comprendre directement, il allait me falloir du temps, comme sur Edoras.

« - Je vais te poser une question, que beaucoup de mage aimerais entendre. Je vais parler au nom du Conseil Magique, lorsque nous avons reçu le rapport, nous avons été étonnés d'y voir écrit : magie de lumière. Nous nous sommes concerté et nous avons décidé d'envoyer un membre à ta rencontre pour te rencontrer et te demander si le membre te sentait capable de rejoindre le Conseil. Alors, voici ma question : vas-tu nous rejoindre, oui ou non ?
- Je ne sais pas trop. Dis-je l'air perdu. Je ne connais rien de ce monde, le concept est encore flou et je ne peux pas laisser mon ami tout seul. Dis-je en regarde Lambo qui mangeait une sucette. Je ne peux pas donner de réponse à cette question, désolé. Il me faut du temps, pour m'adapter à ce changement et du temps pour me faire à l'idée que je ne reverrais plus les personnes qui me sont proches dans l'autre monde.
- Je comprends. Je ferais part de ta réponse aux autres membres, comme il s'agit d'une réponse indécise, tu risques de rencontrer d'autre membre du conseil qui te poseront la même question que moi, jusqu'à ce que nous ayons une réponse concrète. »

Alors, en plus d'avoir les mages noirs à ma poursuite j'allais subir un interrogatoire permanent du Conseil Magique ? J'étais vraiment mal tombé décidément. Elle venait de quitter la tente sans rien dire de plus. Une question subsistait dans mon esprit : allais-je être espionné par un membre du conseil à partir de maintenant ? Peut-être, peut-être pas, je n'en savais rien, mais je ne pensais pas que le Conseil Magique n'avait que ça à faire. Après tout ils avaient sûrement des affaires bien plus urgentes que de surveiller un mage utilisant la Lumière, qui est apparemment une magie rare. J'étais resté assis quelques instants avant de finalement prendre mon sac et de la mettre sur mon épaule, sans oublier mon arme et évidemment mon compagnon qui s'était installé sur mon épaule en train de manger sa sucrerie. Puis je quittais à mon tour la tente avant de marcher en hors du campement pour m'enfoncer une nouvelle fois dans ses bois. Peut-être aurais-je dû demander mon chemin ? Et bien maintenant c'était trop tard, j'allais encore devoir me débrouiller tout seul. Quoi qu'il en soit, deux jours s'étaient écoulés depuis mon retour dans ce monde. Le mal de tête qui suivait souvent les moments où je voulais me rappeler mon passé était très intense et si en plus de cela j'usais de la magie, je pouvais facilement tomber inconscient pendant de nombreux jours. J'étais bien tombé inconscient pratiquement une semaine entière lorsque j'étais sur Edoras. Bien que ma magie soit puissante, d'où sa rareté, elle comporte des risques pour les sorts puissants et ne doit pas être utilisé n'importe comment. Mais savoir que des magiciens utilisaient l'art de la magie dans le but de semer le chaos me mettait hors de moi, je n'avais pas put me retenir. Allais-je en rencontrer d'autre ? Peut-être, une chose était sûre, si je tombais encore sur des mages noirs, je n'attendrais pas cette fois-ci. Mais apparemment, il n'était pas tous vêtu de long manteau noir comme les précédents, peut-être que certain voulait passer inaperçu lorsqu'ils se rendaient en ville. Allais-je être suivi par un sous-fifre du conseil ? Peut-être, même si cette Pinku m'avait donné sa parole que je serais tranquille pendant ma route. Pouvais-je réellement lui faire confiance ? Ou n'était-ce que des mots ? Je n'en savais trop rien, mais je continuais mon chemin. Je finirais bien par le savoir tôt ou tard. Le troisième jour allait commencer. Trois jours que j'étais ici et je n'avais rencontré que d'étranges personnes. Quel étrange monde, n'est-ce pas ? Et ce monde serait mon monde natal ? J'avais du mal à le croire, il était trop différent d'Edoras. De plus je n'avais aucun souvenir, comment ce monde pouvait-être celui sur lequel j'étais né ? J'avais fait un non de la tête, pour moi ce monde n'était pas le lieu où j'avais vu le jour, ni celui auquel j'appartenais. J'appartenais au monde d'Edoras, monde dans lequel j'ai vécu la plus grande partie de ma vie, ce même monde où se trouvaient toutes les personnes que je chérissais. Mon précieux ami, qui à mes yeux étaient comme un frère, ayant grandi avec lui, dormait. Enfin comme d'habitude, mais je ne pouvais lui en vouloir. Je continuais de marcher lorsque mon pied s'était coincé sous la racine d'un arbre qui ressortait. La suite fut ma chute, j'étais tombé comme un imbécile. La prochaine fois je regardais où je marchais. Me relevant avant de me diriger là où se trouvait mon compagnon de route, qui avait glissé de mes bras. Des bruits pas et de voix avaient attiré mon attention. Ramassant donc mon camarade, je m'étais dirigé discrètement vers ces voix avant de me cacher derrière un arbre.

« - Allons-y Meldy, le monde de la magie a besoin de notre aide.
- Tu as raison Ultear, nous devons le soulager de cette souffrance que représente les mages noirs. »

Le monde de la magie avait besoin de leur aide ? Le soulager de cette souffrance que représente les mages noirs ? Qui étaient ces individus ? À en constater par leur voix, il s'agissait de deux femmes. Pourquoi se lançaient-elles à la chasse aux mages noirs ? N'était-ce pas trop sous-estimer ces mages que d'y aller uniquement à deux ? Ou étaient-elles si puissante que cela ? Je n'en savais trop rien. Je pouvais simplement ressentir cet incroyable pouvoir magique émaner de leur corps. Alors qu'elles continuaient leur marche, je m'étais décidé bien que rapidement de me dresser sur leur chemin, de manière à faire passer cela pour un simple hasard. Je venais de passer entre les deux femmes avant de m'arrêter de parler.

« - Ne le prenez pas mal, mais je doute que deux femmes puissent soulager complètement le mal de ce monde. Dis-je en me retournant vers elles. Je m’excuse, j’ai entendu votre petite discussion.
- Qui es-tu ? Dit la femme aux cheveux violet sur un ton glacial.
- Il s’agit peut-être d’un mage noir Ultear, nous devrions nous tenir sur nos gardes. Dit l’autre femme, celle aux cheveux roses d’une voix plus douce.
- Ne me confondez pas avec ces créatures des ténèbres, je ne pourrais tolérer cette insulte. Je suis un simple mage à la recherche du bonheur. Dis-je avec une voix douce.
- Allons-y Meldy, nous n’avons pas de temps à perdre avec ce genre de personne. Reprit la femme aux cheveux violet portant le nom d’Ultear.
- Ce monde est bien différent du monde d’où je viens, le mal qui le ronge ne peut-être détruit par deux magiciennes quelque soit votre puissance. Dis-je avant qu’elles ne se mettent à marcher. Je souhaite moi aussi libérer ce monde des ténèbres, seul, cela m’est impossible. Nous avons le même but non ? Pourquoi ne pas unir nos forces ?
- Qu’est-ce qui te laisse croire que nous souhaitons l’aide de quelqu’un ?
- Vos tatouages montrent que vous faites partis d’une guilde, cela signifie que vous êtes aussi à la recherche de camarade ayant le même but que vous. Dites le moi si je me trompe.
- Il n’a pas tord Ultear, malgré la puissance que nous possédons, rien ne dit que nous arriverions à détruire tout le mal du monde de la magie. S’il a le même but que nous, pourquoi ne pas accepter son aide ?
- Parce que rien ne prouve qu’il dit vrai. Ceci n’est peut-être qu’un baratin pour nous tromper. Qui sait de quoi seraient ces mages noirs. »

Sous l'effet de la colère, mon corps s'était mis à dégager une lumière bleue. Une lumière douce et réconfortante, c'était comme si ma magie essayait d'exprimer la pureté de mon cœur et de mon âme. Je comprenais la réaction de cette femme nommée Ultear, je ne connaissais rien de ce monde et je ne savais pas de quoi serait capable ces mages noirs pour réussir leur plan machiavélique. Mais ce méfié de tout le monde n'apportera rien non plus. Il faut savoir faire la part des choses, toute personne étrange n'est pas forcément un mage noir. Je n'étais pas si étrange que ça, je n'avais simplement, aucun souvenir et aucune connaissance de ce monde, c'était différent. Mais mon but de détruire le mal de ce monde était réel.

« - Lambo-san aime beaucoup la lumière qui fait briller Tête de Crabe. Lambo-san veut voir la magie qui a fait fuir les méchants manteaux noirs.
- Tu es réveillé Lambo ? Désolé il n’y pas de méchante personne nommé mage noir. Dis-je en lui caressant la tête. Une prochaine fois peut-être.
- Des mages noirs ? Tu as donc combattu des mages sombres ? Et cette lumière qui émane de ton corps, cette lumière pure. Serait-ce…
- La magie de la lumière. Reprit la fameuse Meldy. Une magie rare et pure que seuls ceux qui ont le cœur aussi pure que son âme possède. Aucun mage noir ne peut posséder une telle magie Ultear.
- Oui, il s’agit bien de la magie de la lumière. Que très peu de personnes possèdent, j’ai apprit l’existence d’un homme qui la maîtrise tout comme moi : Makarov. Pour répondre à votre question Ultear, j’ai effectivement combattu des mages noirs qui veulent m’utiliser comme arme ou me tuer, je ne sais pas trop. »

Je ne savais pas vraiment si je devais parler du conseil ou non. Mais je pensais que cela ne regardait que moi. De plus que je rejoigne le conseil ou que je reste un mage en liberté, mon but restera le même. Devais-je remercier Lambo pour cette intervention ? Après c'était grâce à lui que ces deux femmes avaient dénié me croire ne serait-ce qu'un peu. Je ne m'attendais pas à avoir leur confiance totale, mais si elle croyait sincèrement à mon but, alors cela me suffisait amplement. Je sais à quel point il est dur d'avoir la confiance d'une personne, c'est pourquoi je n'en demandais pas tant. La lueur de mon corps s'était estompée peu à peu pour disparaitre. Ces femmes allaient-elles accepter mon aide ou continueraient-elles à me rejeter ? Si elles me rejetaient je n'aurais qu'à agir de mon côté ou à rejoindre le Conseil Magique. Sans trop comprendre, la fameuse Ultear m'avait fait signe de les suivre. Je les avais donc suivis. Elles avaient pris un chemin long composé de nombreux virages et autres, c'était sûrement un moyen de déstabiliser et de rendre leur mouvement impossible à suivre. De plus la magie qui émanait de leur corps comme du mien semblait s'effacer peu à peu. Pas comme si elle disparaissait, mais plutôt comme si elle se faisait camoufler. Je ne savais pas par quel miracle cet étrange phénomène se produisait, mais cela était utile. Pouvais-je le faire moi-même ? Nous étions finalement arrivés dans une sorte de QG souterrain. Il fallait posséder une très bonne mémoire pour se souvenir d’un tel chemin. Ultear me fit signe de tendre une partie de mon corps en tenant dans sa main une sorte de tampon. C’était donc cette espèce de tampon qui faisait la marque ? La marque sur une partie de mon corps serait trop visible et je voulais agir discrètement, sans que tout le monde sache que j’ai rejoins une guilde. J’avais donc sortit l’écharpe présente dans le sac pour le tendre à Ultear.

« - Trahis nous et je m’occuperais de toi…
- Teach, Findlear Teach.
- Je ne te fais pas totalement confiance. Mais ton but est pur.
- Je comprends. Difficile de faire confiance à une personne que l’on ne connait pas n’est-ce pas ? Dans ce cas, pour vous prouvez ma bonne foie, je vais vous faire part d’une chose. Comme je vous l’ai dit les mages noirs sont à ma recherche, mais en plus de cela le conseil Magique cherche à me recruter. Je ne sais pas si cela est une bonne chose ou non, mais je pourrais disons infiltrer le conseil pour le compte de…
- Crime Sorciere.
- Pour le compte de Crime Sorciere. »



Merci à vous deux, vous allez me faire rougir avec vos compliments
Vilain Sting qui m'a transmis sa passion ;P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Light guide my way    Lun 12 Nov - 23:34

C'est pas de ma faute si le Lost Canvas est le meilleur de tous les Saint Seiya x)

Sinon pour moi j'accepte le fait que t'auras le rang S une fois que tu seras à Loti, ce test RP prouve que t'as largement le niveau. Tu feras ça en RP avec Nomi par contre x) Bref, pour le moment je te valide dans les mages solitaires.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Light guide my way    

Revenir en haut Aller en bas
 
Light guide my way
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide
» [Guide]Du métier d'avocat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail : La Guerre des Mondes ! :: Avant de Commencer :: Fiches Personnages :: Personnages Validés-
Sauter vers: